La bonne santé des Français passe d'abord par l'alimentation, le sommeil et l’environnement de travail

lu 2978 fois

Une bonne alimentation, un sommeil récupérateur et un environnement de travail sans stress sont perçus par les Français comme étant les 3 facteurs de prévention les plus importants dans la préservation du capital santé, d'après une enquête (*) réalisée par BVA pour Wellcom et le Syndicat des Médecins Libéraux (SML).

Sommeil, alimentation équilibrée, environnement de travail...

Plus d’un Français sur deux considère que l’alimentation équilibrée, le sommeil de bonne qualité et la sérénité de l’environnement de travail sont des facteurs « très importants » pour rester en bonne santé (respectivement 61%, 56% et 55%).

Environ 48% d’entre eux pensent qu’il est également très important de ne pas consommer de substances nocives (alcool, tabac, caféine…) et davantage encore chez les plus âgés (59% des 65 ans et plus). La pratique d’une activité sportive apparaît plus en retrait aux yeux des Français : elle est perçue comme très importante pour la santé par seulement 39% des Français et surtout par les plus jeunes (44% des 18-34 ans). Enfin, seuls 36% jugent qu’il est très important de limiter son exposition à la pollution.

La prévention en matière de santé : un sujet dont les pouvoirs publics doivent s’emparer avec plus de fermeté

Près de 6 Français sur 10 regrettent qu’il n’y ait pas davantage de communication autour des sujets de prévention (58%). Ce manque de sensibilisation de la part des pouvoirs publics est pointé davantage par les femmes (62%), les catégories socioprofessionnelles les moins aisées (62%) et les 35-49 ans (62%). Ces chiffres témoignent d’une réelle attente des Français et du signe qu’ils sont très majoritairement ouverts à recevoir ces messages de prévention sanitaire.

A différents niveaux, les Français sont conscients des apports positifs d’une politique de prévention en matière de santé

La mise en place de rencontres régulières avec les médecins traitants dans le cadre d’un bilan régulier du capital santé est une idée qui séduit les Français.

Près de 62% d’entre eux pensent que ces « consultations de prévention » auraient un impact positif au niveau sanitaire : les patients seraient davantage guidés dans leurs pratiques alimentaires ou sportives et tomberaient donc moins souvent malades.

Pour 58% des Français, cette prévention très concrète, via un bilan personnel régulier, servirait également le système de protection sociale en engendrant des économies sur le remboursement des soins.

Et, globalement, les Français perçoivent la prévention comme étant bénéfique économiquement. En effet, pour 57%, le remboursement en amont d’actes de prévention aurait un coût moindre que les dépenses occasionnées par les pathologies (Exemple : Moins de cancers du poumon avec le remboursement de substituts nicotiniques).

(*) Sondage réalisé par Internet à partir d’un recrutement par téléphone - Il ne s’agit pas d’un access panel - les 29 et 30 août 2013 sur 1010 personnes âgées de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.

SOURCE : BVA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s