L'utilisation de casseroles, poêles et autres ustensiles de cuisine antiadhésifs menace-t-elle la santé du consommateur ?

lu 5323 fois

En 2007, l'association de consommateurs « UFC-Que Choisir » de Caen a interrogé l'Afssa sur les risques potentiels pour la santé liés à la présence résiduelle d'acide perfluorooctanoïque (PFOA) dans les revêtements antiadhésifs d'ustensiles de cuisson. En effet, la fabrication de ces matériaux nécessite l'utilisation de PFOA, un composé de la classe des produits organiques persistants. Dans l'avis qu'elle rend aujourd'hui, l'Afssa considère ce risque négligeable.

« L’utilisation de casseroles, poêles et autres ustensiles de cuisine antiadhésifs menace-t-elle la santé du consommateur ? » Sa conclusion se fonde sur l’expertise collective qu’elle a menée sur le sujet durant deux ans. L’Agence s’est notamment appuyée sur des travaux rendus par différentes autorités compétentes nationales européennes (Autorité européenne de sécurité des aliments, AESA) et internationales (OCDE) et sur les données scientifiques de la littérature : études portant notamment sur les effets du PFOA chez les rongeurs, sur leur développement, la reproduction, la cancérogenèse et la génotoxicité et études épidémiologiques.

Ces différents travaux démontrent que le PFOA et ses sels n’induisent pas de mutations des gènes, et que l’effet cancérigène (très faible) observé chez les rongeurs ne peut être extrapolable à l’Homme. Ils indiquent par ailleurs que la contamination via les denrées alimentaires (le poisson ou l’eau de boisson, par exemple), du fait de la présence de traces de PFOA dans l’environnement, serait très faible, ayant été estimée par l’AESA à 6 ng/kg de poids corporel / jour.

Dans l’avis rendu en mars 2009, l’Afssa a estimé l’exposition du consommateur via les matériaux au contact des aliments à partir de scénarios maximalistes [1]. Dans les deux cas de figure considérés (exposition maximale théorique et exposition mesurée), l’exposition du consommateur, liée à la migration de PFOA à partir des matériaux, reste largement inférieure à la dose journalière tolérable [2] (DJT) estimée à 1,5 μg/kg de poids corporel / jour par l’AESA.

Sur la base de tous ces arguments, l’Afssa estime donc que le risque pour la santé des consommateurs lié à la présence résiduelle de PFOA dans les revêtements anti-adhésifs des ustensiles de cuisson est négligeable.

Qu’est ce que le PFOA ?

Le PFOA est un composé perfluoroalkylé, appartenant à la classe des produits organiques persistants.

La fabrication des revêtements antiadhésifs des ustensiles de cuisson des aliments requiert l’utilisation de l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), un composé de la classe des produits organiques persistants. Des traces résiduelles de PFOA présentes dans les parois de ces ustensiles sont susceptibles de migrer dans les aliments lors de leur cuisson.

La production et l’utilisation de PFOA, tout comme le relargage de résidus de PFOA contenus dans certains produits utilisés dans l’industrie (mousse anti-feu, par exemple) sont d’ailleurs à l’origine d’une contamination environnementale avérée. Des concentrations élevées de PFOA ont ainsi été détectées à proximité de régions industrialisées et urbanisées, et dans des eaux de rivière ou des eaux côtières proches de ces sites, mais en concentrations beaucoup plus faibles.

Conclusions :

Considérant que le PFOA et ses sels ne sont pas génotoxiques, que le mécanisme de cancérogenèse chez les rongeurs n’est pas extrapolable à l’Homme, que la DJT dérivée par l’AESA (2008) pour le PFOA est de 1,5 μg/kg/j, que l’exposition réaliste au PFOA via les matériaux au contact des aliments serait de 0,0025 μg/kg/j et l’exposition théorique maximale de 0,3 μg/kg pc/j et que l’exposition maximale via les denrées alimentaires est estimée par l’AESA à 6 ng/kg pc/j (AESA 2008), le risque pour la santé des consommateurs relatif à la présence résiduelle de PFOA dans les revêtements anti-adhésifs des ustensiles de cuisson des aliments est considéré comme négligeable.

Pour de plus amples informations, consulter l’avis du 13 mars 2009 relatif aux "risques potentiels pour la santé humaine liés à la présence résiduelle d’acide perfluorooctanoïque (PFOA) dans les revêtements antiadhésifs des ustensiles de cuisson des aliments", ainsi que le dossier Matériaux au contact des denrées alimentaires.

Notes :

  1. Scénarios dits maximalistes car basés sur un contact avec l’aliment ayant lieu tous les jours avec une ration de 1kg d’aliment en contact (très élevée pour de la cuisson). De plus, ces scénarios ne prennent pas en compte la décroissance de la quantité de PFOA avec le nombre d’utilisations de l’ustensile.
  2. Quantité de substance qui peut être quotidiennement ingérée par le consommateur sans effets néfastes pour sa santé.

SOURCE : AFSSA, 2009

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s