L'UFC-Que Choisir dénonce les prix « abusifs » de l'eau potable en France

lu 4490 fois

Après la polémique provoquée début 2006 par sa première étude sur le prix de l'eau, l'association UFC-Que choisir vient de publier une seconde enquête accablante sur les « profits prohibitifs » réalisés par des gestionnaires privés, mais aussi parfois publics, sur la distribution et l'assainissement de l'eau dans les grandes villes françaises.

« L’UFC-Que Choisir dénonce les prix « abusifs » de l’eau potable en France » L’eau distribuée par les syndicats de Marseille et de la presqu’île de Gennevilliers (92) est 2,2 fois plus chère que ce qu’elle ne coûte. Le prix facturé est 1,8 fois plus élevé que le prix de revient à Montpellier, 1,7 fois plus élevé à Toulouse, 1,6 fois plus élevé à Nice et 1,5 fois plus élevé à Bordeaux.

A l’inverse, les agglomérations de Chambéry, Clermont-Ferrand, Annecy et Grenoble, qui sont gérées en régie municipale, présentent des prix facturés assez proches de notre calcul de coût. L’UFC-Que Choisir adresse donc un franc satisfecit à ces quatre collectivités.

A partir d’un modèle de calcul rénové, la deuxième étude menée par l’UFC-Que Choisir sur 9 nouveaux syndicats met en évidence que les prix de l’eau pratiqués dans les grandes agglomérations urbaines sont souvent très abusifs.

Les résultats révisés des dix villes déjà étudiées en 2006 varient peu : le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF) continue de détenir la palme de la surfacturation, avec un taux de marge de 58,7 % (*), suivi des villes de Lyon (47,8 %) et de Reims (45,7 %). Seules Angers et Nantes (26,6 %) connaissent une relative baisse de leur taux de marge calculé.

Ces résultats mettent en lumière les bénéfices faramineux réalisés par les deux entreprises, Veolia et Suez, qui se partagent l’essentiel du marché, et témoignent des inefficiences du service. La facture est aussi tirée à la hausse par des pratiques budgétaires irrégulières. Par exemple, dans plusieurs syndicats d’assainissement, tels que le SIAAP en Ile-de-France, la coûteuse gestion des eaux pluviales est financée par la facture d’eau alors que, selon la Cour des comptes, ce poste relève du budget général des collectivités locales.

Pour sortir de l’impasse, l’UFC-Que Choisir lance un appel aux maires : plus que d’éventuelles modifications législatives, la clé d’une meilleure gouvernance de l’eau reste dans les mains des élus locaux qui, à l’instar de Bordeaux ou Lyon, doivent renégocier leur contrat, initier, comme à Nantes, des baisses de prix et régulariser leurs affectations budgétaires.

Surtout, le moment crucial reste le renouvellement du contrat, qui engage la collectivité pour plus de dix ans. Lors de cette renégociation, les maires doivent envisager sérieusement l’opportunité d’un retour en régie publique. La menace de ce retour reste en effet le seul moyen immédiat d’accroître l’intensité de la concurrence.

Afin de poser un débat contradictoire sur des bases factuelles, l’UFC-Que Choisir met à la disposition des municipalités une rubrique de son site internet www.quechoisir.org qui, face aux calculs de notre étude, leur permet de proposer leur version détaillée du compte de leur service.

(*) 58,7 % de marge nette = sur 100 euros facturés au consommateur, 58,7 euros constituent le profit du Syndicat des Eaux.

(Communiqué UFC-Que Choisir du 29/10/2007)

SOURCE : UFC-Que Choisir

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s