L'obésité en fin d'adolescence est aussi dangereuse que le tabagisme

lu 2973 fois

L'obésité en fin d'adolescence engendre le même risque de décès prématuré qu'une consommation de plus de 10 cigarettes par jour; c'est ce qui ressort d'une récente étude suédoise publiée dans la revue British Medical Journal (BMJ) ce 24 février. Parallèlement, les adolescents en surpoids avant l'âge adulte courent le même risque de décès précoce qu'un fumeur modéré. Les chercheurs concluent que des initiatives doivent être lancées en vue de cibler le tabagisme et l'obésité chez les adolescents.

« L’obésité en fin d’adolescence est aussi dangereuse que le tabagisme » - Crédit photo : © Gautier Willaume - Fotolia.com Le tabagisme et l’obésité sont deux facteurs de risques importants de décès prématuré dans le monde occidental. Dans les pays en développement, le tabagisme est un problème tout aussi important et l’obésité est en augmentation, sauf dans les régions les plus pauvres. Les adultes obèses (c’est-à-dire dont l’indice de masse corporelle, ou IMC, se situe au-dessus de 30) courent 2 à 3 fois plus de risque de mourir prématurément que les adultes dont le poids se situe dans la tranche «normale», à savoir entre 18,5 et 24,9.

Une chose inquiétante est que le surpoids et l’obésité augmentent plus rapidement chez les enfants et les adolescents que chez les adultes; pourtant, jusqu’à présent, peu d’études se sont penchées sur la relation entre surpoids et obésité à l’adolescence et décès prématuré. Cette récente étude suédoise a tenté de s’attaquer à ce problème et de déterminer si l’obésité et le tabagisme avaient un effet synergétique sur le risque de mourir prématurément.

Des chercheurs de l’Institut Karolinska et de l’université d’Uppsala (Suède) ont analysé des données sur la cause de décès de plus de 45 000 hommes ayant subi un examen médical en 1969 et 1970, à l’âge de 18 ans, dans le cadre du service militaire. À cette époque, seuls les jeunes hommes sévèrement handicapés étaient exempts du service militaire; ainsi, les donnés englobent tous les Suédois de cette catégorie d’âge. Les sujets ont été suivis sur une période d’environ 38 ans, au cours de laquelle 2 897 sont décédés.

Les analyses ont révélé que pour les personnes qui étaient en surpoids lors des examens, le risque de décès prématuré était plus important (d’un tiers) que chez les sujets présentant un poids normal; quant aux personnes obèses, elles étaient deux fois plus exposées au risque de décès prématuré. Les chercheurs font remarquer que ces risques sont comparables à ceux associés au tabagisme. «En fin d’adolescence, il est aussi risqué d’être en surpoids que de fumer de une à dix cigarettes par jour; en ce qui concerne l’obésité, elle est tout aussi dangereuse que de fumer plus de 10 cigarettes par jour», expliquent les chercheurs.

Un poids en dessous de la normale n’a aucun effet apparent sur le risque de décéder prématurément, mais les sujets se situant sérieusement en dessous de la normale, c’est-à-dire dont l’IMC est inférieur à 17, courent le même risque de décès prématuré que les sujets en surpoids.

En ce qui concerne les raisons de ces risques, les chercheurs font remarquer que le surpoids et l’obésité sont associés à un risque plus élevé de développer un diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et certains types de cancers. Quant aux personnes présentant un poids en dessous de la normale, elles seraient plus sensibles aux infections.

Il n’est donc pas surprenant de constater que le risque de décès prématuré est également lié au nombre de cigarettes fumées quotidiennement; par ailleurs, les fumeurs invétérés courent deux fois plus de risques de mourir prématurément que les non fumeurs.

Cependant, l’étude n’a pas révélé d’interaction entre le tabagisme et le surpoids. En d’autres termes, fumer ne semble pas exacerber les risques associés au surpoids ou à l’obésité. Toutefois, les obèses qui sont également des fumeurs invétérés courent cinq fois plus de risque de décéder prématurément que les non fumeurs présentant un poids normal.

« En résumé, nous avons découvert que le surpoids et l’obésité en fin d’adolescence étaient associé à une mort prématurée, que le sujet soit fumeur ou non », ont expliqué les chercheurs. « La pandémie d’obésité et du tabagisme chez les adolescents restent des cibles importantes pour la mise en oeuvre d’initiatives en matière de santé publique. »

Pour de plus amples informations, consulter :

(Neovius, M et al. (2009) Combined effects of overweight and smoking in late adolescence on subsequent mortality: nationwide cohort study. BMJ 338:b496. Publication en ligne le 24 février; DOI: 10.1136/bmj.b496.)

Source : © Communautés Européennes, 2009

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s