L'obésité de l'enfant : un phénomène des sociétés occidentales

lu 4888 fois

Dans les pays industrialisés, l'obésité est devenue un véritable problème de santé, particulièrement chez les jeunes, dont elle compromet gravement la santé à long terme. En France, on estime qu'un enfant sur dix est obèse à l'âge de 10 ans, chiffre qui a doublé depuis 1980.

Face à cette situation, l’Inserm a mis en place une expertise collective sur l’obésité de l’enfant, à la demande de la Caisse nationale d’assurance maladie des professions indépendantes (Canam).

Qu’est-ce que l’obésité ?

L’obésité est un excès de masse grasse qui a non seulement des inconvénients majeurs sur la santé de l’enfant ou de l’adolescent, mais un retentissement délétère sur sa vie d’adulte. La définition officielle de l’obésité est récente. Elle a été fournie par l’International Obesity Task Force, sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé, et s’appuie sur l’indice de masse corporelle (IMC), c’est-à-dire le rapport du poids (en kg) sur le carré de la taille (en mètre) selon l’âge. Cet indice, qui reflète l’évolution de la masse grasse, semble constituer le meilleur critère diagnostique et pronostique pour l’obésité de l’enfant. Des valeurs seuils ont été établies : chez l’adulte, cette valeur est définie par un IMC égal ou supérieur à 30 kg/m 2, chez l’enfant, les variations physiologiques de corpulence nécessitent l’utilisation de courbes de référence.

Quels risques entraîne l’obésité ?

Si l’obésité apparaît avant la puberté, le risque de persistance à l’âge adulte est de 20 à 50 % ; de 70 % pour une survenue après la puberté. Si elle apparaît dans l’enfance, le risque de surmortalité chez l’adulte est de 50 à 80 %. Ce risque de surmortalité est surtout d’origine cardiovasculaire et touche essentiellement les garçons. À plus brève échéance, chez l’enfant obèse, certaines anomalies apparaissent, comme l’augmentation de la pression artérielle, du cholestérol total, ou une hyperinsulinémie, voire, chez les enfants présentant une obésité sévère, des apnées du sommeil et des pathologies orthopédiques. Les adolescentes obèses présentent souvent des troubles endocriniens (puberté précoce, aménorrhées) ; chez les adolescents présentant une obésité sévère, des cas de diabète très précoce de type II sont observés.

Dans le domaine comportemental, une corrélation est observée entre l’obésité et l’état de stress de l’enfant au début de la vie (manque d’attention). Sur le plan social, la stigmatisation de l’obésité peut être à l’origine de troubles graves.

Quelles sont les causes de l’obésité ?

Les facteurs génétiques

La part de l’hérédité dans la survenue de l’obésité est de 50 à 80 %. Cette variation large montre que de nombreuses incertitudes demeurent et que des recherches sont encore nécessaires. Plusieurs gènes sont vraisemblablement impliqués dans l’obésité, mais seules les mutation de MC4R, retrouvées chez 2 à 5 % des enfants obèses, interviennent dans une prédisposition à l’obésité dite "commune". Par ailleurs, les modalités d’interaction des facteurs génétiques avec différents facteurs de l’environnement (notamment la nutrition) n’est pas élucidée.

Les facteurs environnementaux

Une personne prend du poids lorsqu’elle absorbe plus d’énergie dans son alimentation qu’elle n’en dépense. L’excès d’énergie est stocké sous forme de lipides dans le tissu adipeux. Cependant, dans nos sociétés, la tendance des dernières décennies est à la diminution du nombre de calories ingérées par jour, alors qu’elle est à l’augmentation d’un autre facteur, la sédentarité. Des études ont montré que le temps passé devant la télévision peut être prédictif d’une obésité ultérieure.

(Dossier d'information Question de santé, Inserm, 16/02/05)

SOURCE : INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s