L'intolérance au lactose

lu 9837 fois

L'Intolérance au Lactose (IL) se manifeste par un (ou plusieurs) des signes suivants : douleurs abdominales, diarrhée, nausée, flatulence et/ou ballonnement consécutifs à l'ingestion de lactose. L'intensité des symptômes varie selon les individus, la quantité de lactose ingérée, le degré de déficience en lactase et l'aliment source de lactose.

Il existe des IL primaires – environ 70 % de la population mondiale (2 % en Europe du Nord) ne possède pas, ou très peu, de lactase par adaptation génétique à un régime pauvre en lactose (Hispaniques, Asiatiques...) – , des IL secondaires à une infection (Rotavirus, maladie coeliaque, Crohn, etc.), voire à une malnutrition, et des IL congénitales (rares : absence totale de lactase).

Le lactose non digéré se retrouve dans la lumière intestinale, où il génère une charge osmotique en eau et électrolytes à l’origine de diarrhée. Il est également un substrat pour les bactéries coliques, qui libèrent acides gras volatiles et gaz responsables de ballonnements et météorisme. Le diagnostic de l’IL repose sur un protocole d’éviction-réintroduction du lactose, avec disparition puis réapparition des symptômes, un test à l’hydrogène ou une mesure du pH fécal.

Le traitement repose sur l’éviction totale ou partielle du lactose de l’alimentation selon la tolérance du patient : généralement, de petites quantités de lait dans des préparations sont bien supportées, sinon les besoins en calcium pour la minéralisation osseuse pourront être couverts par la consommation de yaourts, fromages affinés et lait sans lactose. De la lactase de synthèse peut également être prescrite.

(Heyman MB, et al. Am Acad Pediatrics 2006 ; 118(3) : 1279-85.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s