L'impact positif du soja sur la santé est confirmé

lu 27610 fois

A la suite des nombreuses recherches menées ces dernières années, on commence à bien connaître les bienfaits du soja sur la santé. Le 8ème Symposium International consacré à l'impact du soja sur la santé et les maladies, qui s'est tenu à Tokyo (Japon) en novembre 2008, a fait le point sur ces recherches. Résumé et aperçu de cette conférence et résultats des dernières études confirmant les bienfaits du soja sur la santé.

Soja et santé – l’expérience japonaise

« L’impact positif du soja sur la santé est confirmé » - Crédit photo : fr.wikipedia.org Pour le Dr Yamori (Japon), le régime et le mode de vie traditionnels des Japonais, qui font la part belle au soja, sont l’une des raisons expliquant pourquoi les Japonais détiennent le record mondial de longévité moyenne. La fréquence moins élevée de maladies telles que les affections cardiaques, le cancer de la prostate et le cancer du sein a été associée à la consommation de soja et donc d’isoflavones (composants végétaux naturels du soja étudiés pour leurs effets favorables possibles sur la santé). Le Dr Yamatori a déclaré qu’une consommation accrue d’aliments à base de soja pourrait sans doute améliorer la santé et l’espérance de vie des populations occidentales.

Soja et ménopause

Les isoflavones que l’on trouve dans le soja présentent des ressemblances structurelles avec les œstrogènes et il a dès lors été suggéré que le soja pourrait contribuer à réduire les symptômes liés à la ménopause.

Des études menées sur l’impact des isoflavones de soja sur les bouffées de chaleur ont donné des résultats mitigés. Il semble toutefois que plus les femmes sont incommodées par les bouffées de chaleur (plus de 5 fois par jour), plus les isoflavones ont un effet positif. Une autre raison susceptible d’expliquer les résultats mitigés des études serait l’utilisation de différents niveaux d’isoflavones. Ce point a été mis en évidence par le Dr Williamson-Hughes, USA qui a présenté les résultats d’un réexamen récent de 17 études analysant le rôle des isoflavones sur les bouffées de chaleur. Selon ces travaux, les études utilisant la génistéine (l’un des isoflavones du soja) à des doses de 15 mg/jour ont montré que ces isoflavones donnaient les meilleurs résultats sur les bouffées de chaleur.

Soja et obésité

Avec l’incidence croissante de l’obésité au sein de la population occidentale, les aliments donnant une meilleure sensation de satiété peuvent contribuer à réduire l’appétit et la consommation de calories et ainsi permettre de mieux contrôler son poids. Le Dr Dye (Royaume-Uni) a présenté une étude consacrée à ce sujet. Cette étude, portant sur vingt hommes jeunes et en bonne santé, a montré que la consommation de soja lors du petit déjeuner et du déjeuner réduisait de manière significative la quantité consommée lors du dîner ainsi que les grignotages en soirée par rapport à une alimentation sans soja. Ce mode d’alimentation a entraîné une réduction calorique de 144 kcal/jour. Les sujets étudiés ont d’ailleurs déclaré qu’un petit déjeuner et un déjeuner à base de soja leur donnaient une meilleure satiété que les repas qui n’en contenaient pas. Une réduction de 144 kcal/jour pourrait équivaloir à une perte de poids d’environ 6,8 kg sur une année.

Soja et affections cardiaques

En raison de la plus faible incidence des affections cardiaques chez les populations consommant du soja, il a été suggéré que le soja pouvait contribuer à réduire les facteurs de risques de maladies cardiovasculaires. Le Dr Kokubo (Japon) l’a confirmé en présentant les résultats d’une étude de suivi de quarante mille Japonais sur une période de 12 ans. Les femmes qui consommaient des aliments à base de soja plus de cinq fois par semaine présentaient un risque 45% plus faible de maladie cardiaque et un risque 69% plus faible de décéder d’un infarctus par rapport aux femmes ne prenant du soja qu’à raison de 0 à 2 portions par semaine.

Un des mécanismes qui pourrait expliquer l’effet positif du soja sur les maladies cardiaques est son action tendant à réduire le cholestérol. Les résultats d’une analyse portant sur 45 études examinant l’effet de la protéine de soja sur la réduction du cholestérol ont été présentés par le Dr Krul (États-Unis). D’après les résultats de cette analyse, les régimes contenant des protéines de soja entraînent une réduction de 4% du cholestérol total et de 5% du cholestérol LDL (le "mauvais" cholestérol).

Démystifier le soja

Les présentations faites au symposium ont clairement montré que le soja n’a pas d’effets négatifs sur le statut hormonal et qu’il n’entraîne pas d’effets néfastes sur la santé.

Trois études ont examiné l’effet des isoflavones de soja sur les hormones de reproduction et sur la fertilité masculines. Le Dr Hamilton-Reeves (États-Unis) a présenté les résultats de 32 essais étudiant les effets de la protéine de soja et des isoflavones sur les hormones reproductrices telles que la testostérone et la testostérone libre chez l’homme. On n’a pas observé d’effets significatifs de la protéine de soja ou des isoflavones sur aucune de ces hormones. Le Dr Serafini (Italie) a quant à lui examiné les effets de différentes doses d’isoflavones de soja sur la formation du sperme chez les hommes en bonne santé. Au cours de cette étude de 3 mois, 20 hommes ont reçu soit 160, 320 ou 480 mg d’isoflavones de soja par jour.

Après 3 mois, on n’a observé aucune différence significative dans le volume éjaculé, la concentration du sperme, le nombre et la motilité des spermatozoïdes. Le Dr Duncan (Canada) a confirmé ces résultats. Trente-deux hommes en bonne santé ont supplémenté leur régime par des protéines de lait ou par des protéines de soja à faible teneur en isoflavones ou par une protéine de soja à forte teneur en isoflavones pendant 57 jours. L’analyse d’échantillons de sperme n’a pas révélé d’effets significatifs de la forte ou faible teneur en isoflavones des protéines de soja sur le volume et sur la concentration du sperme, sur le dénombrement des spermatozoïdes, le dénombrement du total des spermatozoïdes motiles, la mobilité ou la morphologie des spermatozoïdes.

La question de l’innocuité du soja sur le cancer du sein a également été abordée. On constate que les populations qui, traditionnellement, consomment du soja présentent un risque réduit de cancer du sein. Il a dès lors été suggéré que le soja pouvait réduire le risque de cancer du sein et améliorer son pronostic. Le Professeur Shu (États-Unis) a présenté des éléments suggérant que la consommation d’aliments à base de soja est sans danger et qu’elle joue même un rôle positif chez les personnes ayant survécu à un cancer du sein. La "Shanghai Breast Cancer Survival Study" inclut plus de 5000 patientes atteintes d’un cancer du sein.

Après un suivi d’environ 26 mois, les chercheurs ont conclu à la corrélation d’une alimentation à base de soja et d’une issue plus favorable; les femmes ayant consommé le plus de protéines de soja par jour présentaient le plus faible risque de décès (de tous types) et un risque plus faible de 33% de décès des suites d’un cancer du sein ou de rechute par rapport aux femmes du groupe consommant le moins de soja. Par ailleurs, il est apparu que la consommation d’aliments à base de soja n’interférait pas avec la prise de Tamoxifen (traitement très répandu du cancer du sein). Le Professeur Shu a précisé que, si la consommation de soja a effectivement des effets bénéfiques sur les patientes ayant survécu à un cancer du sein 26 mois après son diagnostic, un suivi à plus long terme s’avère nécessaire.

Conclusions

Un mode de vie actif et sain repose sur une alimentation saine. Les produits à base soja peuvent y contribuer. Les présentations faites lors du 8ème symposium international consacré au rôle du soja confirment les bienfaits du soja pour la santé et soulignent son innocuité.

Synthèse et conseils diététiques

Les populations qui, traditionnellement, suivent un régime à base de soja présentent un moindre risque de maladies telles que les affections cardiaques.

Il a été démontré que la protéine de soja, à des doses d’environ 25 g/jour contribue à réduire le cholestérol sanguin. Pour absorber 25 g de protéine de soja, il faut consommer 3 à 4 portions de produits à base de soja par jour.

On pense que les bienfait du soja sont dus à son excellent profil nutritionnel ainsi qu’à la présence d’isoflavones

Une consommation de soja contenant plus de 15 mg de génistéine par jour contribue efficacement à diminuer les bouffées de chaleur. Pour absorber 15 mg de génistéine, il faut consommer 2 à 3 portions de produits à base de soja par jour

La consommation d’aliments à base de soja au petit déjeuner et au déjeuner (lait de soja, yaourts et desserts au soja, haché de soja, tofu...) peut augmenter la sensation de satiété, ce qui réduit l’appétit et la prise de calories et aide à conserver un poids correct

Les aliments à base de soja sont sans danger pour les hormones et la fertilité masculines ainsi que pour les patientes atteintes d’un cancer du sein.

(Par Lynne Garton, Nutritionniste et rédactrice santé - Information Scientifique - Alpro Soya)

SOURCE : Alpro Soya

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s