L'hydratation des seniors

lu 7305 fois

L’eau est le constituant principal du corps humain car 60 % du poids d’un adulte est représenté par l’eau. L’eau a des propriétés uniques et exerce de nombreuses fonctions dans le corps humain : élément constitutif des cellules et du liquide extracellulaire, solvant, milieu de réactions chimiques, réactif et produit de réactions chimiques, transporteurs de nutriments et de produits de dégradation, rôle de thermorégulateur, de lubrifiants et d’absorbeurs de chocs [1].

« L'hydratation des seniors » - Crédit photo : REVOLUTIONR Le fonctionnement optimal de notre organisme requiert un degré d’hydratation adéquat. Chaque jour, les pertes d’eau d’un adulte sont comprises entre 2 et 3,1 L (urine, transpiration, respiration, selles). Elles doivent donc être compensées par des apports hydriques qui proviennent de trois sources principales : l’eau des boissons, l’eau des aliments et l’eau produite par le métabolisme [1].

Ainsi, un adulte sédentaire vivant en climat tempéré devrait boire en moyenne 1,5 L d’eau par jour pour couvrir ses besoins hydriques. Toutefois, cet apport varie beaucoup en fonction de l’âge, du sexe, du climat et de l’activité physique [1]. Une personne en bonne santé est considérée comme hydratée normalement tant qu’elle maintient sa balance hydrique. Or les personnes âgées sont particulièrement exposées au risque de déficit hydrique favorisant ainsi la déshydratation [1].

Pourquoi les seniors présentent-ils un risque de déshydratation plus élévé ?

1 Le vieillissement s’accompagne de changements physiologiques qui affectent la régulation de la balance hydrique [2] :

  • Décroissement de la teneur en eau corporelle totale : plus les personnes sont âgées, plus la réserve d’eau diminue. Après 60 ans, la teneur en eau corporelle totale n’est plus que de 52 % chez les hommes et 46 % chez les femmes [3].
  • Diminution de la sensation de soif et donc des apports hydriques. Ce phénomène est une extension de la diminution de l’appétit dû à l’âge [2].
  • Réduction de la capacité du rein à concentrer l’urine. La sensibilité à l’hormone antidiurétique étant altérée, il s’en suit une augmentation des pertes de liquides [2].
2 En plus de ces changements physiologiques liés à l’âge, il existe d’autres facteurs de risque de déshydratation :
  • d’ordre fonctionnel : la difficulté à boire ou à accéder aux boissons du fait de l’altération de leur mobilité, des difficultés de déglutition, des altérations cognitives, des troubles visuels et des troubles de la compréhension et de la communication.
  • liés à certaines affections telles que la diarrhée, la fièvre, le vomissement, la peur de l’incontinence et la prise de médicaments (les sédatifs, les diurétiques, les laxatifs, les anti-cholinergiques et les psychotiques [2]).
3 Les facteurs sociaux peuvent également être une des causes de déshydratation chez les personnes âgées

Cela inclut l’isolement, l’auto-négligence, la pauvreté, le manque de soins à domicile ainsi que la dépendance vis à vis du personnel médical en institution (manque de personnel capable de reconnaître les signes de déshydratation) [2].

4 Finalement, les facteurs climatiques et environnementaux peuvent influencer le risque de déshydratation chez les seniors

En hiver, la probabilité plus élevée d’attraper des infections (la grippe par exemple) peut contribuer à la déshydration. En été, les périodes de forte chaleur augmentent de façon importante le risque de déshydratation [2]. La vague de chaleur de 2003 a causé un excès de mortalité en Europe (> 50000 morts) chez les personnes âgées. Les grandes villes comme Paris (1854 morts) étaient les plus touchées. La déshydratation était une des causes majeures de ces décès [4].

Chez la plupart des seniors, la déshydratation est due à une combinaison de ces facteurs ; aussi on peut considérer la déshydratation comme un syndrome gériatrique [2].

Puisque le risque de déshydratation est élevé chez les personnes âgées, il est important de pouvoir la reconnaître et surtout de prévenir sa survenue.

Quels sont les signes de la déshydratation ?

Bien que détecter à temps la déshydratation chez les seniors est essentiel, son diagnostic dans cette population n’est pas toujours simple. Les symptômes les plus faciles à reconnaitre sont : la diminution de l’attention, la sécheresse des muqueuses de la bouche et la baisse de la tension. Les signes cliniques et les symptômes de la déshydratation modérée sont souvent plus difficiles à reconnaître et peuvent même être absents. Les symptômes les plus fréquents chez les personnes âgées comme la léthargie, la confusion, la constipation, la fièvre sans cause manifeste, les vertiges ainsi que les chutes, sont atypiques et pas évidents [2].

Lors de l’examen physique par le médecin, une perte de poids significative sur une courte période de temps est considérée comme un signe manifeste de déshydratation. Ainsi, une perte de poids accru de plus de 3 % du poids corporel du patient ou de plus d'un kilogramme par jour résulte probablement d’une déshydratation. Aussi, la pesée fréquente est la méthode la plus efficace pour surveiller les changements dans la balance hydrique [2].

Quelles sont les conséquences de la déshydratation ?

La déshydratation interfère souvent avec le fonctionnement cognitif et mental. En effet, les personnes âgées souffrant de déshydratation sont fréquemment dans un état de confusion aiguë, qui n’est autre que le délire [2]. De plus, un état d’hydratation insuffisant chez des seniors en bonne santé, peut également altérer des performances cognitives tel que la mémoire et l’attention [6].

Par ailleurs, la déshydratation est un trouble qui complique le traitement de plusieurs maladies en accroissant la probabilité de :

  • Complications thrombo-emboliques
  • Infections des vois urinaires
  • Infections pulmonaires
  • Lithiase urinaire
  • Constipation
  • Hyperthermie
  • Hypotension orthostatique

Dans les cas extrêmes, la déshydratation peut entrainer la mort [6].

Que recommander spécifiquement pour les seniors ?

Prévenir la déshydratation chez les personnes âgées reste la meilleure démarche à entreprendre. La prévention adéquate nécessite une sensibilisation sur les caractéristiques physiologiques des personnes âgées ainsi que sur les facteurs de risque de déshydratation liés à la maladie, aux facteurs sociaux et aux influences climatiques.

En plus de ses actions liées aux soins médicaux et à la santé qui se concentrent spécifiquement sur les facteurs de risque de déshydratation, les seniors doivent être constamment encouragés à boire suffisamment d’eau de boissons, même sans soif [2]. L’European Food Safety Authority (EFSA) recommande aux hommes et aux femmes de plus de 14 ans de consommer 1,75 L et 1,4 L d’eau de boissons, respectivement [1].

Dans tous les cas, si le sujet mange peu ou moins que d’habitude, la diminution des apports hydriques d’origine alimentaire doit être compensée par une hydratation supérieure [7]. Si une perte d'eau supplémentaire est observée, plus de fluides devraient être consommés selon les « auto-soins » du patient. (« On self-care of the patient ») [2].De plus, l’élévation de la température corporelle doit s’accompagner d’une augmentation conjointe de l’hydratation. Ainsi, le sujet doit consommer 0,5 litre d’eau supplémentaire par jour pour chaque dégrée au dessus de 38°C [2-7].

Quels sont les types d'eau à privilégier ?

Les eaux minérales naturelles riches en calcium et/ou en magnésium peuvent être recommandées aux personnes âgées qui ont des besoins accrus en chacun de ces minéraux.

Pour les personnes de plus de 50 ans, le calcium intervient dans la prévention de l’ostéoporose. Cette maladie osseuse métabolique caractérisée par une détérioration générale du tissu osseux concerne 2 à 2,8 millions des femmes en France [8]. Le risque d’apparition de cette maladie augmente considérablement après la ménopause chez la femme. Ainsi, pour éviter et prévenir cette maladie, les apports recommandés en calcium doivent impérativement être couverts à raison de 1 200 mg chez les femmes de plus de 55 ans et les hommes de plus de 65 ans [9]. La recommandation d’une eau calcique contribue à couvrir ses besoins accrus en calcium chez les seniors.

Le magnésium intervient dans de nombreuses réactions de l’organisme (transmission de l’influx nerveux, contraction musculaire, régulation du rythme cardiaque…). La recommandation d’une eau riche en magnésium peut compléter les apports nutritionnels recommandés en magnésium et donc peut être adaptée aux personnes âgées.

Quelles sont les astuces pour rester hydraté ?

  • Anticiper la soif [7]. Il est nécessaire d'éduquer et sensibiliser la personne âgée et son entourage sur la nécessité de boire de l’eau même si l’on n’a pas soif. La sensation de soif étant diminuée chez les seniors, il ne faut donc pas attendre d’avoir soif pour boire.
  • Boire de petites quantités plusieurs fois au cours de la journée plutôt que de grandes quantités seulement à quelques occasions. Boire une large quantité en une seule fois peut entraîner une dilatation de l’estomac et au final limiter la sensation de soif [2].
  • Déconseiller de boire ou de manger (très) « glacé » : la sensation de soif s’atténue plus vite en cas de consommation de boissons glacées.
  • Alterner les types d’eau : plate, gazeuse, gélifiée en cas de difficulté de déglutition.
  • Créer des rituels au cours de la journée : un verre d’eau au lever et au coucher par exemple. Le but étant d’intégrer des moments d’hydratation à sa journée.
  • Associer la prise d’eau à une activité quotidienne comme la prise des médicaments, les repas… [2]
  • Faire prendre conscience de l’importance de boire en dépit d’éventuels problèmes d’incontinence.
  • Consommer plus de fluides lorsque les urines sont plus foncées que d’habitude [2].
  • Avoir toujours une bouteille d’eau sur soi de petite contenance pour faciliter son transport.

Références :

  1. Jéquier E, Constant F. Eur J Clin Nutr. 2010; 64(2): 115-23. Water as an essential nutrient: the physiological basis of hydration.
  2. Schols JM, De Groot CP, van der Cammen TJ, Olde Rikkert MG. Preventing and treating dehydration in the elderly during periods of illness and warm weather. J Nutr Health Aging. 2009; 13(2):150-7.
  3. Mentes J. Oral hydration in older adults. AJN 2006; 106 (6):40-49.
  4. Olde Rikkert MGM, Melis RJF, Claassen JAHR. Heat waves and dehydration in the elderly. BMJ 2009;339:b2663.
  5. Suhr, J. A., J. Hall, et al. The relation of hydration status to cognitive performance in healthy older adults. Int J Psychophysiol 2004; 53(2): 121-5.
  6. Davidhizar R., Dunn C.L., Hart A.N. A review of the literature on how important water is to the world’s elderly population. Int Council of Nurses, International Nursing Review 2004; 51: 159-166.
  7. Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, Plan National Canicule. Annexe14: Recommandations sanitaires vis-à-vis des aliments 2004.
  8. Rapport « Pour une politique nutritionnellement de santé publique en France » - Haut comité de la santé publique.
  9. ANC pour la population française – Ambroise Martin – 3e édition Tec & Doc 2001.

SOURCE : NESTLE WATERS

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s