L’EFSA évalue la sécurité des glycosides de stéviol

lu 7774 fois

L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a publié ce mercredi 14 avril un avis scientifique confirmant que les glycosides de stéviol, les composants sucrés de la plante de stevia, sont inoffensifs pour la santé concernant leur utilisation dans les aliments et les boissons. Une Dose Journalière Admissible (DJA) de 4 mg par kg de poids corporel par jour [1], précédemment fixée par le Comité mixte FAO/OMS, a été établie « pour une consommation sûre », selon l'EFSA.

« L’EFSA évalue la sécurité des glycosides de stéviol » - Crédit photo : Olivier le Moal L’évaluation a été transmise à la Commission européenne qui décidera s’il y a lieu ou non d’autoriser ces substances dans l’Union européenne aux fins proposées, particulièrement dans des aliments sans sucre ou à valeur énergétique réduite, tels que certaines boissons aromatisées, des confiseries sans sucre ajouté ou des soupes à valeur énergétique réduite.

L’avis publié par le groupe scientifique sur les additifs alimentaires et les sources de nutriments ajoutés aux aliments (groupe ANS) rattaché à l’EFSA établit que, au regard des données disponibles de toxicité, « les glycosides de stéviol, en concordance avec les spécifications du JEFCA [2], ne sont ni cancérigènes, ni génotoxiques, ni liées à de quelconques effets indésirables pour le système de reproduction ou de développement.

Le groupe ANS a établi également une DJA pour les glycosides de stéviol, exprimée en équivalent de stéviol, de 4 mg/kg/jour. Cela correspond à la même DJA qui avait été précédemment établi par le comité mixte d’experts sur les additifs alimentaires de la FAO/OMS (JEFCA).

Cet avis se fonde sur une évaluation rigoureuse par un panel d’experts de l’EFSA de trois dossiers de demande d’autorisation, dont celui soumis par Cargill, producteur de l’édulcorant Truvia(TM). Cet édulcorant savoureux et sans calorie, est élaboré à partir de rebiana, un ingrédient qui trouve son origine dans l’une des meilleures parties de la feuille de stevia, et est déjà autorisé à la consommation en France. L’avis scientifique s’applique aux glycosides de stéviol incluant le stevioside, le rébaudioside A, le rébaudioside C, le dulcoside A, le rubusoside, le steviolbioside, et le rébaudioside B, le rébaudioside C et le rébaudioside F.

En juillet 2008, le comité mixte d’experts sur les additifs alimentaires de la FAO/OMS a confirmé l’innocuité des glycosydes de stéviol pour une utilisation en tant qu’édulcorant d’usage courant. Quelques temps après, en décembre 2008, la Food and Drug Administration a accepté que le rebiana obtienne la qualification G.R.A.S. [3]). C’est, ensuite, en septembre 2009 que la France a autorisé l’utilisation du rébaudioside A en tant qu’additif alimentaire au niveau national à la suite de l’avis favorable rendu par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA).

Le groupe scientifique de l'EFSA souligne toutefois que cette DJA pourrait être dépassée tant par les adultes que par les enfants si ces édulcorants étaient utilisés aux niveaux maximum proposés par les demandeurs d’autorisation.

La stevia est un petit arbuste de la famille des astéracées (Asteraceae) provenant du nord-est du Paraguay. Cette plante est cultivée en Amérique du Sud et est utilisée comme édulcorant dans les aliments et dans les boissons depuis plus de 200 ans.

Les glycosides de stéviol sont des édulcorants puissants extraits des feuilles de la plante stévia (Stevia rebaudiana Bertoni). Ces substances, telles que le stévioside et le rebaudioside A, les plus courants, sont de 40 à 300 fois plus sucrées que le saccharose.

Le rébaudioside A représente le glycoside de stéviol offrant le meilleur goût parmi ceux que renferme la plante de stevia. Le rébaudioside A est quasiment identique en termes de structure chimique au stevioside et son processus de décomposition par l’organisme est similaire. Cela signifie que le vaste ensemble de données relatives à l’innocuité du stevioside s’applique au rébaudioside A.

Le rebiana est un extrait purifié à 97% de rébaudioside A. Il s’agit de la substance la plus élaborée et la plus pure réalisée à partir de rébaudioside A.

Références :

  1. La dose journalière acceptable est la quantité d’un additif alimentaire pouvant être consommée quotidiennement pendant toute la durée de vie sans risque quantifiable pour la santé.
  2. Comité mixte d’experts sur les additifs alimentaires de la FAO/OMS.
  3. Acronyme utilisé par la Food & Drug Administration, l’organisme américain chargé des aliments et des médicaments, pour l’expression Generally Recognized As Safe (Généralement reconnu inoffensif), qui signifie qu’une substance a été considérée par des spécialistes qualifiés comme étant inoffensive dans les conditions d’utilisation prévue, sur la base de données publiques disponibles.

(D'après les communiqué de presse de l'EFSA et de Cargill)

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s