L'aspartame, utile et sans danger ?

lu 9599 fois

Depuis sa commercialisation en 1974, l'aspartame prête le flanc à toutes les polémiques. L'EFSA (Autorité européenne de sécurité alimentaire) accuse la molécule d'être cancérigène.

L’OMS avaient conclu à son innocuité, mais de nombreuses instances sanitaires exigent aujourd'hui que les études préliminaires attestant cette innocuité soient approfondies et confirmées.

L’aspartame risque, en outre, de faillir à son objectif diététique : il pourrait, comme d’autres substituts au sucre, favoriser la sécrétion d’insuline donc le stockage des aliments.

Les fabricants compensent par ailleurs l’absence de sucre par un surcroît de matières grasses pour maintenir la structure des denrées allégées, une consolidation qu’assurait le sucre.

Enfin, l’aspartame « perpétue voire accentue l’attirance pour le sucré, et perturbe les mécanismes naturels du choix des aliments ».

(Le Monde, 14/12)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s