L'allergie aux protéines du lait de vache

lu 6554 fois

L’allergie aux protéines du lait de vache est plus fréquemment rencontrée chez les enfants, particulièrement en cas d’histoire familiale d’allergie. Elle se révèle chez 0,5 à 4 % des enfants, mais sa prévalence diminue avec l’âge.

Les symptômes les plus fréquents sont les vomissements et la diarrhée, bien qu’ils peuvent fortement différer d’un individu à l’autre. Heureusement, ce type d’allergie disparaît généralement en grandissant.

L’allergénicité du lait de vache peut être réduite par différents traitements du lait. Le traitement thermique dénature certaines protéines, réduisant ainsi leur allergénicité. Pour cette raison, certains individus sensibles au lait peuvent tolérer le lait stérilisé ou déshydraté, mais pas le lait pasteurisé. D’autres procédés, comme la digestion enzymatique des protéines en peptides, diminuent aussi l’allergénicité des protéines du petit-lait. Dans les produits fermentés, comme le yaourt et le fromage, la structure protéique demeure inchangée, si bien qu’ils conservent leur potentiel allergique.

Une fois que le diagnostic de l’allergie au lait de vache est confirmé, il est indispensable de s’assurer qu’une alimentation équilibrée est maintenue, surtout durant la croissance. Il faut en effet veiller à couvrir les besoins en calcium, magnésium et en vitamines A, D, B2 et B12. La consommation de sardines et de saumon en conserve (avec les arêtes), et de certains végétaux (oranges, brocoli) permet de maintenir les apports en calcium.

SOURCE : EUFIC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s