L'alimentation et les compléments alimentaires permettraient d'améliorer la vue

lu 5289 fois

La principale cause de la cécité dans les pays développés est la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Plus de 15 millions d'européens en sont touchés et ce chiffre devrait doubler au cours de la prochaine décennie. Mais les dernières recherches ont prouvé que certains aliments peuvent empêcher cette condition, remettant en cause l'idée que notre vision se détériore lorsque nous vieillissons.

Les professeurs John Nolan du Waterford Institute of Technology (WIT) et Stephen Beatty du Macular Pigment Research Group (MPRG), tous deux basés en Irlande, sont considérés parmi les meilleurs chercheurs du monde dans ce domaine. Ils sont sur le point de se lancer dans un domaine de la recherche scientifique jamais exploré auparavant.

Cette recherche fait suite aux récentes nouvelles d'une étude historique menée par le National Eye Institute, qui portait sur l'examen des effets des compléments nutritionnels pour les yeux sur plus de 4000 patients atteints de DMLA, pendant une période de cinq ans. Les conclusions de l'AREDS2 (« Eye Disease Study connexes 2 ») ont confirmé l'effet bénéfique de l'utilisation de compléments nutritionnels pour les yeux anti-oxydants dans les cas de DMLA et ont notamment souligné l'importance de l'ajout de pigments maculaires dans ces compléments.

Le professeur Nolan fait depuis de longues années des recherches sur ces pigments. Il explique: « J'ai toujours pensé que ces nutriments avaient un rôle important à jouer pour les patients atteints de DMLA. Beaucoup de nos études publiées ont en effet montré que l'augmentation de pigments maculaires par la prise de compléments était très bénéfique pour les patients atteints de DMLA et pouvait réellement améliorer leur vision ».

En tant que fervent défenseur des compléments pour tous les problèmes de santé, le professeur pense également que nous devrions inclure plus de fruits et de légumes dans notre alimentation, car ils sont importants pour notre santé oculaire.

« Ils contiennent naturellement des pigments jaunes appelés caroténoïdes, dit-il, et trois d'entre eux (la lutéine, la zéaxanthine et la méso-zéaxanthine se trouvent uniquement à l'arrière de l'oeil (rétine), où ils sont considérés comme des pigments maculaires ». Ces filtres qui endommagent la lumière bleue et neutralisent les molécules instables responsables de la DMLA, explique-t-il.

En effet, les résultats de cette étude ont des implications importantes pour leurs propres études sur les yeux réalisées au sein du projet CREST (« Central Retinal Enrichment Supplementation Trials »), dirigé par le professeur Nolan et financé par le Conseil européen de la recherche (CER) à travers une subvention de démarrage de 1,4 millions d'euros. Le premier objectif de ce projet était de pouvoir comparer les compléments de pigments maculaires avec des placebos chez les patients atteints de DMLA. Mais la conception même de l'essai a dû être amendée par le comité de sécurité et de suivi des données (Data Safety and Monitoring Committee (DSMC)) chargé de la supervision du test.

Le président du DSMC, le Dr James Loughman, du Dublin Institute of Technology, explique la raison de cette modification dans la recherche: « Étant donné qu'une formulation AREDS2, contenant un pigment maculaire, mais sans acides gras oméga-3 ni bêta-carotène, a été désignée comme le nouveau standard de soins pour les patients atteints de DMLA, il serait difficile de justifier la poursuite d'un essai comprenant un groupe placebo. Une enquête comparant une formulation AREDS2 à une autre formulation contenant de la méso-zéaxanthine est certainement plus intéressante du point de vue scientifique, compte tenu des conclusions de l'AREDS2 ».

Le professeur Nolan ajoute: « L'AREDS2 a confirmé que la prise de compléments de pigments maculaires réduisait la progression de la DMLA, nous avons donc désormais une norme de soins pour les patients atteints de cette maladie ».

Le projet CREST étudiera maintenant l'impact du pigment maculaire sur la DMLA et sur les performances visuelles. L'étude permettra de comparer deux formulations de compléments différents dont l'un contiendra le pigment maculaire central, la méso-zéaxanthine, qui constitue un nouveau domaine de recherche.

Les professeurs Nolan et Beatty ont étudié, pendant plus de 12 ans, le rôle des pigments maculaires sur la santé des yeux et ont édité plus de 70 publications scientifiques sur ce sujet. Indubitablement, l'étude du projet CREST complétera ces publications car il permet une approche ciblée pour mieux comprendre l'hypothèse de protection optique liée à la prise de compléments de pigments maculaires. Ce qui pourrait améliorer la vision normale et prévenir la cécité causée par la DMLA.

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s