L’alimentation du jeune enfant

lu 8652 fois

Faire bien manger ses enfants dès le plus jeune âge, rien de plus simple ! Profitez des vacances pour réviser vos classiques : en dix points clefs - dix conseils de bon sens -, pour que vos enfants soient bien dans leur assiette !

« L’alimentation du jeune enfant »1 Faire 4 repas par jour. Le petit déjeuner et le goûter sont souvent négligés chez les enfants. Le petit-déjeuner doit être complet (boisson, laitage, fruit, pain et beurre), pour apporter l’énergie nécessaire pour la matinée. De même, le goûter doit permettre à l’enfant de récupérer et lui éviter de grignoter avant le dîner. La tartine beurrée est une bonne base pour ces deux repas.

2 Des féculents. Pain, pâtes , pommes de terre, riz, sont des aliments sains et énergétiques qui doivent être présents à chaque repas.

3 Des fruits et des légumes au moins trois fois par jour. Pour les fibres, les vitamines, les antioxydants... Ils sont consommés trop peu souvent par les enfants comme par les adultes.

4 Du lait ou un produit laitier trois fois par jour. Contrairement au nourrisson, le jeune enfant peut remplacer le lait par un produit laitier : yaourt, fromage blanc, petit-suisse, fromages divers... Il y en a pour tous les goûts.

5 Du poisson deux fois par semaine. La viande n’est pas obligatoire à chaque repas : poisson, volaille, oeufs, produits laitiers peuvent, en complément, apporter les protéines nécessaires. Les poissons (principalement les poissons gras) sont une bonne source d’acides gras oméga 3.

6 Des matières grasses variées. Pour bénéficier des propriétés de tous les acides gras qui nous sont nécessaires, il faut varier les sources de matière grasse : beurre pour les légumes et sur les tartines, huiles végétales pour les cuissons.

7 Apprendre le goût de l’eau. Avec le lait, c’est la seule boisson indispensable pour l’enfant. La consommation de jus de fruits, limonade, sirops, sodas ne doit pas être encouragée chez le jeune enfant. Elle joue un rôle certain dans l’épidémie d’obésité et doit demeurer exceptionnelle (fêtes, anniversaires) et très contrôlée.

8 Faire du repas un moment de plaisir et de détente. Une ambiance agréable au moment des repas est très importante pour le développement social et affectif du jeune enfant. Elle lui permet aussi d’apprendre les comportements alimentaires favorables et d’éduquer son goût. Partager le repas de l’enfant et parler avec lui est essentiel. Il est déconseillé aussi de le menacer de punition s’il refuse de manger tel ou tel aliment. Ou, au contraire, de lui promettre un récompense s’il le mange. On risque, dans le premier cas, de le braquer contre l’aliment et, dans l’autre cas, de lui faire aimer seulement la récompense.

9 Respecter l’autonomie et l’appétit de l’enfant. L’appétit est variable d’un enfant à l’autre et d’un moment à l’autre... Une belle présentation, des aliments variés, la liberté pour l’enfant de se servir lui-même, la présence de convives sont autant d’éléments favorables. Il ne faut pas non plus forcer l’enfant à finir (une obligation qu’ont connue beaucoup de personnes en surpoids). L’enfant doit pouvoir s’autonomiser et apprécier tout seul ses signaux de satiété.

10 Eduquer le goût et habituer l’enfant à la variété alimentaire. L’enfant n’apprécie pas spontanément les nouveaux aliments. Il faut répéter l’expérience, les lui présenter aussi souvent que les autres, sous des formes diverses, pour qu’il se familiarise. Lui offrir des menus variés, des plats agréables à voir et à sentir, le faire participer à la préparation des repas sont autant de moyens de l’initier progressivement à l’équilibre alimentaire.

(« Enfant et Nutrition. Guide à l’usage des professionnels ». Office de la Naissance et de l’Enfance, Bruxelles)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s