L’alimentation des migrants en France : un métissage tranquille

6298 Réagir

Alors que certains sociologues insistent sur la mondialisation de l’alimentation (« MacDonaldisation de la société », « Coca-colonisation du monde »...), d’autres soulignent sa diversité. En matière alimentaire comme dans d’autres domaines, les repères identitaires restent multiples et les influences locales, régionales, internationales s’entrecroisent.

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

« L’alimentation des migrants en France : un métissage tranquille » - Crédit photo : www.france-metissage.com En France, les pratiques alimentaires des migrants varient en fonction des contextes : en famille, en foyer ou au travail, la semaine ou le dimanche... L’alternative en tout cas ne semble pas se limiter à l’assimilation du modèle occidental ou à la résistance à ce modèle.

Il n’y a pas de transition d’un modèle vers un autre, mais un « bricolage vivant » où se mêlent des éléments de l’un et de l’autre. On observe d’ailleurs le développement des magasins et restaurants dits « ethniques », dont la clientèle s’élargit aux « autochtones »...

Les chercheurs notent aussi que les migrants, même en situation précaire, continuent à porter attention à la qualité des aliments : origine, fraîcheur, goût, salubrité, naturalité... Un colloque qui s’est tenu au début de cette année décrit les facettes de ce métissage alimentaire, qui semble s’opérer en douceur, sans « choc des civilisations » !

(Colloque « Durabilité, identité et alimentation ». Montpellier, 12 janvier 2010.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles