L'alimentation des Français en chiffres

lu 9019 fois

Sept ans après les premiers constats qui ont conduit à sa mise en place, le PNNS vient d'avoir droit à son colloque 2007. Sur la base de ses célèbres « recommandations », la situation nutritionnelle et les consommations alimentaires de la population française ont été passées au scanner et évaluées.

Fruits et légumes

Evolution (*) : la consommation de légumes est stable (hommes : 135 g/jour ; femmes : 140 g/jour ; enfants de 3-14 ans : 145 g/jour), alors que celle des fruits frais et transformés tend à augmenter, probablement au bénéfice des compotes et fruits cuits, surtout chez les jeunes.

Adultes (**) : 35 % sont de petits consommateurs, avec moins de 280 g de fruits et légumes (hors féculents) par jour et 43 % atteignent le repère de consommation (***) d'au moins 5 portions par jour, soit un minimum de 400 g. Mais des différences sont notables selon le sexe et l'âge : les femmes et les plus de 55 ans sont les plus forts consommateurs.

Enfants (**) : 42 % sont considérés comme petits consommateurs et 20 % mangent au moins les 5 portions recommandées.

Produits laitiers

Evolution : au cours des huit dernières années, la consommation globale de produits laitiers a diminué chez les adultes (lait : moins 24 %) et chez les enfants. La baisse est plus marquée pour le sexe féminin et les préados (lait et fromages) : ils en consomment moins et le taux de consommateurs diminue également.

Adultes : seulement 29 % des 18-74 ans suivent le repère de consommation de 3 produits laitiers par jour, 22 % des hommes et 28 % des femmes sont considérés comme de très petits consommateurs. Les produits laitiers sont les principaux contributeurs aux apports calciques : 57 % des hommes et 77 % des femmes ont des apports alimentaires en calcium inférieurs aux recommandations.

Enfants : moins de la moitié (43 %) des enfants consomment suffisamment de produits laitiers, soit 3 à 4 par jour ; par ailleurs, le repère de consommation est de moins en moins suivi avec l'âge, surtout chez les filles. Conséquence : en moyenne, 4 garçons sur 10 et 6 filles sur 10 parmi les 11-17 ans sont en dessous des deux tiers des apports conseillés en calcium et présentent donc un risque accru de carence calcique.

Pain, céréales, pommes de terre, légumes secs

Evolution : la consommation est stable, mais des variations sont observées au sein de ce groupe d'aliments : baisse du pain, hausse du riz.

Adultes et enfants : au moins un aliment de ce groupe devrait être présent à chaque repas. L'enquête montre que c'est le cas pour 60 % des hommes, 38 % des femmes et 31 % des enfants. Avec pour conséquence le fait que les trois quarts des adultes et plus de la moitié des enfants ne consomment pas assez de glucides complexes (amidon). Les céréales complètes et les légumes secs, sources essentielles de fibres, ne sont consommés que par une minorité des enquêtés.

Produits sucrés

Evolution : les produits sucrés (sucre, confiture, miel, confiseries) sont en nette diminution chez les adultes, enfants et ados, ainsi que les viennoiseries-biscuits- pâtisseries chez les 3-17 ans. Parallèlement, les adultes semblent apprécier de plus en plus les glaces.

Adultes et enfants : la consommation moyenne de glucides simples issus des produits sucrés semble raisonnable pour les trois quarts des adultes et pour environ la moitié des enfants et ados.

Viandes, produits de la pêche, oeufs

Evolution : la quantité de viande consommée diminue pour tous les âges, surtout chez les femmes et les filles. La consommation de produits de la mer n'évolue pas.

Adultes et enfants : la moitié consomme 1 à 2 fois par jour un aliment de ce groupe, et un tiers au moins deux fois par semaine un produit de la pêche, soit les repères du PNNS (***). Les enfants sont un peu moins nombreux à atteindre ces deux repères.

Boissons

Adultes : parmi les consommateurs, les apports en alcool sont raisonnables pour 9 femmes sur 10 et trois quarts des hommes ; 13 % des hommes et 28 % des femmes n'en boivent pas. Quant à la consommation de boissons sucrées, elle est plus fréquente chez les adultes jeunes.

Enfants : un peu moins d'un quart boivent suffisamment d'eau et peu de boissons sucrées, mais 4 enfants sur 10 consomment moins d'un litre d'eau et moins d'un verre de boissons sucrées. Les garçons de 15-17 ans sont les plus forts buveurs d'eau et de boissons sucrées.

Sel

Adultes : la moitié des hommes et les trois quarts des femmes ont des apports quotidiens inférieurs à 8 g de sel, seuil recommandé par l'Afssa. En revanche, il est à noter que près d'un quart des hommes sont de forts consommateurs, au-delà de 12 g par jour.

Enfants : la grande majorité des enfants ne dépasse pas les 7 g de sel par jour, mais avec l'âge un groupe de forts consommateurs apparaît chez les garçons de 15-17 ans, avec plus de 12 g de sel pour le quart d'entre eux.

(*) Evolution entre les enquêtes de consommation alimentaire Inca 1 (1998-1999) et Inca 2 (2006-2007).

(**) Données de l'Etude Nationale Nutrition Santé 2006.

(***) Les repères de consommations sont définis par le Programme National Nutrition Santé du ministère de la Santé.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s