L'alimentation de l'enfant de 1 à 3 ans : des besoins bien spécifiques

lu 7276 fois

Entre 1 et 3 ans, l'enfant découvre de plus en plus d'aliments, de saveurs et de textures. Mais il est trop jeune pour avoir une alimentation identique à celle des adultes. En particulier, ses apports lactés doivent encore être importants. Si les repas en famille sont des moments importants pour la socialisation de l'enfant, ses menus doivent être bien spécifiques.

Les besoins nutritionnels de 1 à 3 ans

Les ANC des moins de 3 ans pour chaque nutriment ont été calculés pour assurer leur croissance et leur bon développement (1). Leurs besoins nutritionnels sont en effet différents de ceux des adultes, avec en particulier des besoins plus importants en lipides et moindres en protéines (2) : les lipides (source d'énergie, mais aussi d'acides gras essentiels, nécessaires au fonctionnement cellulaire et au développement cérébral) doivent représenter 40 à 50 % de l'apport énergétique de la journée ; les glucides (source d'énergie), environ 40 % ; et les protéines (nécessaires à la croissance, au développement des cellules…), 9 à 10 % ; pour un apport calorique quotidien d'environ 1 000 kcal.

Encore une place importante pour le lait

Le lait a encore une place essentielle dans l'alimentation du jeune enfant après l'âge de un an. La quantité recommandée est de 500 ml/jour (3). Le lait fournit en effet une grande partie des nutriments nécessaires à l'enfant : lipides, glucides, protéines, vitamines, minéraux et… eau.

Il est conseillé de donner des préparations infantiles destinées aux enfants de 1 à 3 ans, dites "laits de croissance" (3, 4), spécifiquement conçues pour couvrir les ANC des enfants de cet âge (leur composition est réglementée). Ils existent sous forme liquide ou en poudre à reconstituer. Les laits de croissance apportent la juste quantité de protéines et sont enrichis en acides gras essentiels, vitamines et minéraux. Ils apportent en particulier du fer : en moyenne 5 mg pour 500 ml, soit 70 % des ANC (alors que le lait de vache en contient très peu et que les aliments de diversification consommés par le petit enfant ne suffisent pas à couvrir ses besoins). Or, les déficits en fer sont fréquents dans la population pédiatrique, même dans les pays industrialisés (5).

A partir de un an, l'enfant peut commencer à consommer du lait de vache, de préférence entier pour couvrir ses besoins en lipides (avant cet âge il n'est pas adapté à ses besoins) (2, 3). Mais le lait de vache apporte trop de protéines et pas assez d'acides gras essentiels, de fer, de zinc et de vitamines C, D et E par rapport aux ANC (1, 2, 4).

A noter : Quel que soit le type de lait utilisé, les enfants doivent être supplémentés en vitamine D (6, 7).

Presque tous les aliments...

Sauf problème allergique connu, à partir de l'âge de un an, tous les légumes, féculents et fruits peuvent être proposés à l'enfant, en dehors des légumes secs en purée pour lesquels il vaut mieux attendre 18 mois (lentilles, haricots...) et des fruits à coque entiers (pistaches, noisettes, cacahuètes) fortement déconseillés avant l'âge de 5 ans en raison du risque d'inhalation. L'apport de lait peut être complété par des laitages à base de lait infantile et fromages.

La quantité de protéines animales est encore limitée à cet âge : 30 g de viande ou de poisson par jour (tous sont permis) ou la moitié d'un oeuf par jour. Les aliments peuvent être frais ou surgelés. Les préparations infantiles (petits pots, petits plats, desserts…) sont bien adaptées pour assurer l'équilibre nutritionnel des enfants en bas âge (2). Leur composition est réglementée, très contrôlée et les textures et quantités sont parfaitement conçues en fonction de l'âge de l'enfant.

En résumé

L'alimentation du petit enfant entre 1 et 3 ans

  • L'alimentation de l'enfant de 1 à 3 ans doit être spécifique ; il est encore trop petit pour manger comme les grands !
  • Il doit continuer à consommer du lait quotidiennement (de préférence du lait de croissance) - au moins 500 ml par jour - et des laitages (de préférence à base de lait infantile).
  • Il est important de limiter ses apports protéiques : 30 g de viande ou de poisson ou 1/2 oeuf par jour.
  • Le menu du jour doit également comprendre des produits céréaliers (céréales infantiles, biscuits infantiles, pain), des légumes et des fruits.
  • L'eau est la seule boisson recommandée en dehors du lait.
  • L'apport de sel, sucre, chocolat doit être limité.

Références

  1. Beaufrère B et al. Nourrissons, enfant et adolescents. In : Apports nutritionnels conseilles pour la population française. Martin A et al. Editions Tec & Doc, 2001 : 255-91.
  2. Salle B et al. L'alimentation du nouveau-né et du nourrisson. Bull Acad Natle Med 2009 ; 139 : 431-46.
  3. PNNS. La sante vient en mangeant et en bougeant. Le guide nutrition des enfants et ados pour tous les parents. Septembre 2004.
  4. Ghisolfi J et al. Lait de vache ou lait de croissance : quel lait recommander pour les enfants en bas âge (1-3 ans) ? Arch Pediatr 2011 ; 18 (4) : 255-8.
  5. Baker RD et al. Diagnosis and prevention of iron deficiency and iron-deficiency anemia in Infants and young children (0-3 years of age). Pediatrics 2010 ; 126 : 1040-50.
  6. Bocquet A et al. Alimentation du nourrisson et de l'enfant en bas âge. Réalisation pratique. Arch Pediatr 2003 ; 10 : 76-81.
  7. Bacchetta J et al. Vitamine D : un acteur majeur en sante ? Arch Pediatr 2010 ; 17 : 1687-95.

(Nutrition de la petite enfance n° 3 - Novembre 2011)

SOURCE : Syndicat Français des Aliments de l'Enfance

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s