L’alcool perturbe le sommeil : comment boire moins, sans procédé particulier

lu 8065 fois

Récemment, je parlais avec quelqu’un qui est généralement en forme et bien portant, mais qui un problème de sommeil. Il a parfois de la peine à trouver facilement le sommeil. Même quand il y réussi, il a tendance à se réveiller plusieurs fois durant la nuit et peut souvent avoir de la difficulté à se rendormir. Il n’est parfois pas évident de comprendre pourquoi quelqu’un a des problèmes de sommeil. Un facteur tout à fait commun est l’alcool. Si quelqu'un a des troubles du sommeil et boit habituellement de l’alcool en soirée, boire moins ou s’en abstenir va inéluctablement l’aider.

Bien sûr, il est possible pour certains d’avoir des troubles du sommeil qui n’ont pas forcément un rapport avec l’alcool. En effet, les abstinents peuvent aussi avoir des problèmes de sommeil. Cependant, si quelqu'un a des problèmes de sommeil et boit de l’alcool, boire moins va presque toujours l’aider.

Une étude publiée en ligne le 16 août dans Clinical and Experimental Research m’a rappelé cet homme insomniaque que j’avais rencontré. L’étude a évalué les effets de l’alcool sur le sommeil. L’étude a évalué le sommeil des sujets en mesurant la variabilité du rythme cardiaque. Cela peut donner des informations sur l’activité du système nerveux autonome.

C’est cette partie du système nerveux qui influence tout, de la respiration et du rythme cardiaque jusqu’à la réponse au stress ou le sommeil. Le système nerveux autonome se divise en deux systèmes principaux: les systèmes sympathique et parasympathique. Le système sympathique est activé quand nous sommes conscient, en alerte ou stressé. Le système parasympathique est plus effectif quand nous sommes détendus et au repos.

Quand nous dormons, c’est important pour l’équilibre des systèmes nerveux sympathique et parasympathique que l’activité parasympathique prédomine. C’est en partie cela qui permet au sommeil d’être profond et réparateur.

Cette étude a révélé que l’alcool désorganise l’activité parasympathique et plus d’alcool signifiait généralement plus de perturbation. Autrement dit, il est évident que l’alcool peut perturber notre capacité à avoir un sommeil profond et réparateur.

Voici trois idées que je propose pour boire moins sans ressentir de privation :

  • Ne commencer pas à boire quand vous avez soif. Plus l’on est assoiffé, plus l’on a tendance à boire. Alors que moins nous avons soif, moins nous avons tendance à boire de l’alcool. Il est logique de s’assurer que nous sommes correctement hydratés avant de commencer à boire. Le but étant de boire assez d’eau pour garder une urine jaune pâle et n’avoir aucun sentiment de soif avant de commencer à boire un alcool.
  • Ne commencez pas à boire quand vous avez faim. L’alcool peut fournir à l’organisme du carburant prêt à être utilisé et quelques personnes constateront que la faim peut stimuler le désir de boire. D’autres personnes souhaiteront boire de l’alcool si leur glycémie est en dessous de la normale. Une manifestation commune de ce phénomène est la tendance à boire un verre de vin, de bière ou un cocktail en début de soirée avant le repas. Souvent les gens en rentrant chez eux ou dans un restaurant tout en ayant faim boiront de l’alcool avant autre chose. Quand les individus gèrent mieux leur appétit, ils boivent toujours moins. Une tactique simple consiste ici à manger quelque chose comme des noix en fin d’après-midi ou en début de soirée.
  • Accompagnez chaque boisson alcoolisée d’un verre d'eau. Cette tactique est généralement utilisée pour diminuer la consommation d'alcool. Par exemple, à chaque verre de vin buvez aussi un verre d’eau, cela contribue à boire moins de vin et dilue ainsi tous les effets négatifs que l’alcool pourrait avoir.

(Par le Dr. John Briffa, médecin basé à Londres, journaliste en médecine, spécialisé dans la nutrition et la médecine naturelle)

SOURCE : La Grande Epoque

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s