Habitudes et rythmes alimentaires en France : la collation s’impose au quotidien

lu 5831 fois

Habitudes et rythmes alimentaires en France : la collation s’impose au quotidien

Selon une analyse du sociologue, Professeur émérite, Jean-Pierre Corbeau, plusieurs phénomènes caractérisent les mutations des comportements dans notre monde contemporain et urbain. Analyses de ces nouvelles habitudes et rythmes alimentaires expliquant les raisons de ces changements et réponses mises en place par les Français au quotidien.

Concernant les habitudes et les rythmes alimentaires, nous observons trois tendances principales :

  • Une simplification du repas, particulièrement pour le déjeuner de la semaine inscrit dans le temps du travail.

  • Cette simplification s'accompagne d'une multiplication des prises alimentaires en dehors de ce que l'on pense comme le repas du midi, même si ce dernier se réduit à la consommation d'un seul met (salade composée, plat complet, sandwich ou équivalent fast-food, tarte, etc.)

  • Ces prises alimentaires « hors repas » jouissent d'un statut particulier qui ne les assimile pas à des grignotages. En France, particulièrement, beaucoup de ces prises alimentaires sont « socialisées », c'est-à-dire qu'elles sont pensées comme des nourritures aux vertus nutritionnelles, gustatives, suceptibles d'être offertes, partagées ou de donner lieu à des micro-rituels permettant aux individualités de se ressourcer.

Concernant les aspirations des consommateurs français, nous observons - particulièrement chez les jeunes femmes de plus de 30 ans - un souci de contrôler leurs apports nutritionnels, de les équilibrer sans pour autant oublier le plaisir apporté par la dégustation d'un aliment, ni de son « histoire » (la façon dont on l'a produit, le paysage d'où il provient, etc.). Cette « réflexivité » caractéristique du mangeur contemporain correspond à ce que nous appelons le « goût jubilatoire ».

Ajoutons qu'une autre aspiration des consommateurs et surtout des consommatrices françaises est le désir d'augmenter la part du végétal (perçu comme sain) dans l'alimentation quotidienne.

Au-delà de leur qualité nutritionnelle, les fruits secs oléagineux (noix, noisette, pistache, amande, etc.), de nature végétale, offrent un plaisir gustatif par la douceur de leur goût, par leur texture craquante, particulièrement s'ils sont légèrement grillés. Ils mobilisent ainsi notre perception sensorielle : on se « pense les mangeant » échappant par la même au grignotage compulsif et machinal. Leur dégustation est agréable et ludique sans entraîner une quelconque culpabilité.

Cela justifie ainsi le succès croissant de la consommation d'amandes auprès des jeunes femmes actives qui simplifient leur repas du midi mais sont attentives à leur équilibre alimentaire. Un sachet d'amandes, facile à transporter et à conserver, qui ne salit pas le sac ou la poche, permet de se restaurer de manière agréable. Il permet de le partager de façon plu ou moins complice avec les collègues, à la pause du matin ou dans l'après midi.

Selon les jours, le temps dont on dispose, on peut consommer ses amandes de façon individuelle pour mieux gérer son temps et contrôler ses apports énergétiques, à moins qu'on ne le fasse au sein d'une prise alimentaire socialisée qui permet de se faire plaisir en toute simplicité.

SOURCE : Collective des Amandes de Californie

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s