GNS 2010 : le rendez-vous incontournable « Goût, Nutrition, Santé »

lu 2643 fois

Après le succès de l'édition 2009 intitulée « De la naissance à la sénescence », caractérisée notamment par une participation étrangère significative, la « cuvée 2010 » du Congrès Goût, Nutrition, Santé (GNS 2010), la cinquième, qui se tiendra les 23 et 24 mars prochains à Dijon, s'annonce d'ores et déjà passionnante. S'inscrivant pleinement dans les thématiques auxquelles s'intéressent les acteurs du pôle de compétitivité VITAGORA, dont il est la vitrine, le GNS 2010 baptisé « Aliment, Nutriment, Bien-être » est en phase avec quelques-uns des questions actuelles que se posent chercheurs, industriels, acteurs de la santé mais aussi chaque citoyen.

GNS 2010 : le rendez-vous incontournable « Goût, Nutrition, Santé » - Crédit photo : www.gout-nutrition-sante.com "Ce congrès a trouvé son public", se félicite Christophe de la Fouchardière, le directeur général de Merck Médication Familiale qui préside le GNS. L'édition 2009 est là pour en témoigner, avec la présence de plus de 400 congressistes, dont 90% se sont dits satisfaits et souhaitent assister à l'édition qui se prépare. Autre motif de satisfaction, une participation étrangère en hausse représentant 13% des congressistes. Les conférences se sont avérées parmi les rendez-vous les plus prisés du congrès.

Pour autant, les "speakers' corner", qui constituent l'une des particularités du GNS, ont également fait le plein. Il s'agit en effet de moments privilégiés qui permettent aux congressistes de partager le point de vue de spécialistes, en particulier sur tous les aspects de la réglementation, domaine qui bouge énormément, tant au niveau français qu'européen. Quant aux rendez-vous d'affaire en tête-à-tête que propose aussi ce congrès, ils ont été en hausse, avec plus de 300 rendez-vous en deux jours. Forts de ce succès, les responsables du GNS ont donc décidé de bâtir l'édition 2010 sur le même scénario.

Des sujets polémiques propices aux débats

"Désormais mature, ce congrès a aujourd'hui sa place dans le calendrier annuel des grands rendez-vous nationaux sur ses thématiques", déclare son président. La "cuvée 2010" s'annonce d'ores et déjà comme un bon millésime qui s'articulera notamment autour de deux matinées alternant conférences plénières, au nombre de quatre, et communications orales. "Ces dernières, que nous avions initiées l'année passée, seront plus nombreuses cette année", indique Michel Narce, président du Comité scientifique du congrès. Alternance également les après-midi, avec des tables rondes et des ateliers.

"Nous avons souhaité pour cette édition que chacune de ces tables rondes traite d'un sujet plus ou moins polémique, ceci afin de créer un véritable échange entre les participants", précise-t-il. Ainsi l'une de ces tables rondes portera sur la biodisponibilité des antioxydants, sujet qui fait aujourd'hui débat parmi les spécialistes, leur absorption en grosse quantité risquant de provoquer des effets collatéraux. "Faire le point sur chacun de ces sujets, présenter les résultats des dernières études, susciter le débat, tels sont nos objectifs".

Autres sujets de ces tables rondes : "Les échelles de mesure de la qualité de vie", "Les aliments prêts à consommer, entre praticité et santé", "Le développement d'un aliment fonctionnel : formulation et marketing". Maître de conférence à AgroParisTech, Véronique Bosc qui, au sein de l'UMR GENIAL (Ingénierie Procédés Aliments), travaille plus particulièrement sur le comportement au contact des surfaces solides, montrera comment l'emballage peut permettre de faciliter la conservation des aliments prêts à consommer, qu'ils soient ou non transformés.

Elle évoquera en particulier l'exemple des fruits et légumes dont la consommation, bonne pour la santé, est vivement encouragée par les pouvoirs publics. Dans ce contexte du "prêt à consommer", fruits et légumes sont donc de plus en plus proposés pré-découpés dans un emballage afin de facilter leur consommation. "Optimiser la praticité entraîne néanmoins des risques supplémentaires de dégradations de ces produits. D'où l'importance de l'emballage qui doit être le mieux adapté aux caractéristiques du produit", souligne-t-elle.

De son côté, Philippe Cayot, professeur à AgroSup Dijon et directeur de l'unité de recherche EMMA (Eau, Molécules actives, Macromolécules, Activités) de l'Université de Bourgogne, s'intéressera aux aliments fonctionnels, ces aliments à vocation santé qui, s'ils semblent potentiellement promis à un bel avenir, ne pourront vraisemblablement pas être développés dans un circuit traditionnel de distribution. Leur efficacité implique en effet des techniques de fabrication spécifiques reposant sur l'utilisation de technologies coûteuses.

"Aussi est-il nécessaire pour les spécialistes du marketing d'inventer de nouveaux circuits de distribution spécifiques à ces produits. Cette démarche est d'autant plus souhaitable que les médecins nutritionnistes commencent à être méfiants vis-à-vis de ces aliments fonctionnels", constate-t-il. Cette table ronde du 24 mars prochain devrait donc susciter un débat passionnant et passionné entre des spécialistes de différents secteurs.

S'ouvrir davantage au monde académique

Davantage ouverts aux médecins les années précédentes, les ateliers du GNS 2010, auxquels participeront des spécialistes réputés, s'adresseront à la fois au monde médical et au secteur de l'agroalimentaire. "Les industriels de ce secteur ont en effet manifesté un certain intérêt pour les ateliers pratiques au cours de l'édition précédente du congrès", rappelle Michel Narce.

Plus généralement, si l'objectif des organisateurs du congrès est de fidéliser son public, notamment en continuant d'accroître la participation étrangère, ceux-ci souhaitent aussi l'ouvrir plus largement au monde académique et, en particulier, aux jeunes représentants de cette communauté que sont les doctorants, les post-doctorants et les jeunes chercheurs. "Nous souhaitons leur donner la possibilité d'intervenir dans le cadre de communication orale ou encore de posters", précise le président du Comité scientifiqiue. D'où le principe de gratuité de l'inscription au Congrès si le premier auteur d'un poster est un étudiant ou un jeune chercheur.

Rappelons que lors de l'édition 2009, ces posters, qui avaient donné lieu à un concours, ont connu un grand succès, avec la participation de doctorants issus de nombreuses régions de France. Plus d'une soixantaine de posters avaient été reçus par les organisateurs qui souhaitent pouvoir en traiter davantage cette année. "C'est l'occasion pour ces étudiants de se faire connaître, d'assister à un congrès et par là même de développer leur réseau. Par ailleurs, ils peuvent aussi prendre part aux rendez-vous d'affaire et rencontrer des industriels dont certains sont à même de les recruter", souligne Christophe de la Fouchardière.

Tous les ingrédients semblent donc réunis pour que cette 5ème édition du Congrès Goût, Nutrition, Santé soit un beau millésime qui saura satisfaire, comme ses prédécesseurs, chercheurs, universitaires et industriels.

Pour de plus amples informations, consulter : Goût-Nutrion-Santé 2010

(Par Jean-François Desessard - BE France numéro 237 (28/01/2010) - ADIT / ADIT)

SOURCE : ADIT

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s