Gènes et nutrition

3580 Réagir

Un programme européen intitulé Lipgene va étudier l'interaction entre les gènes et les aliments consommés afin de tenter d'enrayer l'épidémie d'obésité. Ce programme réunira 24 équipes européennes dont celle de Denis Lairon, directeur de l'Unité nutrition et lipides à l'Inserm de Marseille.

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

Claudine Junien, professeur de génétique à l'Inserm, rappelle que l'environnement « module l'expression de nos gènes tout au long de notre vie ». Une prédisposition génétique peut donc s'exprimer ou non selon notre mode de vie. En outre, les polymorphismes, variations de la séquence d'un gène entre différents individus, sont déterminants dans l'apparition des pathologies.

Lipgene évaluera l'influence de 830 d'entre eux. Cette étude pourrait conduire d'ici à une dizaine d'années au concept de nutrition personnalisée ou nutrigénomique.

(Le Généraliste, 08/06, Le Monde, 11/06)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM