Fromage : comment rapprocher conseils diététiques et habitudes alimentaires des français ?

lu 4450 fois

L'Institut Fromages & Santé, association dont l'objectif est de maintenir la place du fromage au sein des modes alimentaires actuelles, a organisé sa 3ème conférence à l'occasion du MEDEC afin d'apporter auprès des professionnels de santé toutes les informations nutritionnelles utiles à leur pratique quotidienne...

« Fromage : comment rapprocher conseils diététiques et habitudes alimentaires des français ? » - Crédit photo : www.cliclait.com En effet, l’épidémie de diabète de type 2 et d’obésité, la multiplication des troubles du métabolisme (dyslipidémie, syndrome métabolique...) ont souvent banni le fromage des recommandations nutritionnelles délivrées par le corps médical. Ceci peut s’expliquer notamment par la perception surestimée par les professionnels de santé des taux de matières grasses des fromages.

De plus, les connaissances sur la matière grasse laitière évoluent. Plusieurs études ont montré que la consommation de produits laitiers n’était pas associée à une augmentation du risque cardiovasculaire et pourrait même s’avérer bénéfique. Deux études récentes, intégrant deux portions de camembert par jour chez des patients normo et hypercholestérolémiques n’ont pas montré d’effets délétères sur le profil lipidique (taux de cholestérol total, LDL-c, HDL-c) de ces patients.

A la lumière de ces informations il apparaît que, contrairement aux idées reçues, la consommation raisonnée de fromage n’est pas à interdire, même chez les patients à risque cardiovasculaire. Comme pour tout autre aliment, c’est l’excès qui est préjudiciable.

Le fromage est le premier vecteur de calcium dans l’alimentation des adultes

Les bénéfices du calcium sont reconnus par tous. Il participe ainsi activement à la construction et au maintien du capital osseux tout au long de la vie et sa consommation est à encourager notamment lorsque les besoins sont accrus : croissance, ménopause et chez les sujets âgés. En dehors de la très grande richesse en calcium des fromages, d’autres nutriments participent à la santé osseuse :

  • des protéines à haute valeur nutritionnelle qui exercent une action favorable sur l’os
  • des vitamines (K, A...) et minéraux (zinc, phosphore, magnésium...)

Le fromage constitue donc un aliment aux qualités nutritionnelles multiples

A ce titre, il mérite d’être réintégré en quantité raisonnée dans les habitudes alimentaires des Français. Et ce, d’autant qu’il participerait à un meilleur équilibre alimentaire : moindre grignotage entre les repas, repas plus structurés, moindre consommation de produits gras et sucrés sont observés chez les consommateurs de fromage.

Une information s’avère nécessaire auprès des professionnels de santé

Afin de ne plus faire subir au fromage la loi du tout ou rien : « intégration ou suppression du conseil alimentaire ». La diversité des fromages permet une consommation adaptée au goût et aux besoins de chacun. Il est, en effet, tout à fait possible d’intégrer le fromage au sein d’une alimentation équilibrée et même de toujours garder une place pour le fromage !

L’Institut Fromages & Santé, soucieux d’aider les professionnels de santé à mieux prendre en charge l’équilibre alimentaire de leurs patients, dans le cadre d’une alimentation alliant plaisir et santé, a lancé la nouvelle version de son site internet. Davantage de services et d’outils de prise en charge performants, avec notamment un logiciel d’enquête alimentaire « NutriBilan »... et une mine d’informations pratiques donnant au fromage une place légitime à tous les âges de la vie, quel que soit le profil du patient, y compris dans le cadre de pathologies nécessitant un suivi nutritionnel strict.

Pour de plus amples informations consulter www.institutfromagesetsante.com

SOURCE : Institut Fromages & Santé

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s