Flavonoïdes du cacao et santé

lu 4353 fois

Plusieurs données historiques permettent de faire remonter l'utilisation du cacao pour ses vertus médicinales à plus de 2 000 ans, soit à l'époque des Mayas et des Aztèques, et ensuite après son introduction en Europe au Moyen Âge. Plus de 100 utilisations médicinales du cacao et du chocolat ont été recensées, y compris pour le traitement de la fatigue, de l'amaigrissement, de la fièvre, de l'angine de poitrine et des douleurs cardiaques, de l'anémie, des essoufflements et des troubles rénaux et intestinaux...

Pourtant, pratiquement aucune donnée scientifique ne permet de corroborer son efficacité dans la prévention ou le traitement de ces maladies. Encore aujourd’hui, certaines populations indigènes d’Amérique centrale et du Sud utilisent différents éléments de la fève de cacao pour la préparation de leurs remèdes traditionnels.

Bien qu’on le considère en règle générale comme un aliment savoureux réservé aux gourmands, de plus en plus de preuves donnent à penser que l’utilisation du cacao en médecine pourrait avoir une certaine validité scientifique. Il semble en effet que plusieurs de ses propriétés thérapeutiques puissent être attribuées à certaines substances comme les flavonoïdes, dont les fèves de cacao sont particulièrement riches.

Les flavonoïdes sont des composés naturels que l’on trouve exclusivement dans les plantes et les aliments et boissons à base de plantes (légumineuses, fruits comme la pomme ou le raisin, cacao, etc). Ils semblent qu’elles jouent un rôle fonctionnel dans la plante vivante en contribuant à la réparation des lésions et en la protégeant contre les parasites et les maladies. Ces dernières années, les scientifiques ont constaté qu’une consommation régulière de fruits et légumes riches en flavonoïdes réduisait le risque de nombreuses maladies chroniques comme le cancer, les accidents vasculaires cérébraux et les coronaropathies.

Rôle antioxydant des flavonoïdes

Plusieurs des bénéfices sanitaires des flavonoïdes semblent être liés à leur activité comme antioxydants. Les antioxydants constituent l’un des mécanismes de défense de l’organisme contre les « radicaux libres » qui sont de petites molécules sécrétées pendant les processus métaboliques normaux. Une production excessive de radicaux libres induit des dommages et des lésions à l'ADN (matériel génétique des cellules) et il semble qu’ils jouent un rôle clé dans le processus de vieillissement et dans de nombreuses maladies dégénératives liées à l’âge. Les flavonoïdes se comportent aussi comme des antioxydants en « éliminant » les radicaux libres dans les cellules et en limitant ce faisant les lésions qu’ils peuvent causer.

Effets cardioprotecteurs

Les maladies cardiovasculaires sont des maladies complexes qui font intervenir plusieurs mécanismes différents agissant sur la fonction des vaisseaux sanguins. Au stade précoce, elles se manifestent par une athérosclérose ou accumulation de plaques riches en cholestérol sur les parois des artères qui provoquent leur rétrécissement et leur durcissement progressifs. Cela réduit non seulement le débit sanguin dans les artères, mais élève la pression artérielle et peut favoriser la formation de caillots sanguins ou thrombose. Les caillots sanguins peuvent obstruer l’artère au moment de leur formation ou se détacher de la paroi et se déplacer dans le système circulatoire. Si un caillot sanguin bloque une artère qui alimente un organe essentiel comme le cœur, cela pose un risque mortel comme celui de crise cardiaque ou encore d’accident vasculaire cérébral, si l’artère alimente le cerveau.

Les flavonoïdes du cacao sont réputées exercer un effet protecteur sur la santé cardiovasculaire en modifiant plusieurs processus pathologiques qui interviennent dans l’apparition des maladies cardiovasculaires. Ces effets sont notamment les suivants :

  • Inhibition de l’oxydation du cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) par les radicaux libres, étape initiale importante dans la formation de la plaque d’athérome.

  • Abolition de la tendance des cellules sanguines de petite taille ou plaquettes à se regrouper et à former des caillots sanguins. Cet effet est souvent décrit comme « l’effet aspirine ».

  • Régulation des réponses inflammatoires et immunitaires dans la paroi des vaisseaux sanguins qui peut être anormale en cas de maladie cardiovasculaire.

  • Régulation du tonus vasculaire ou degré de constriction des petits vaisseaux sanguins qui contribue à l’hypertension.

Par ces effets bénéfiques, les flavonoïdes du cacao semblent agir par le biais d’un vaste éventail de mécanismes dont certains, semble-t-il, ne sont pas liés à l’activité antioxydante.

Autres bénéfices

Bien que l’essentiel des recherches se soient intéressées à la santé cardiovasculaire, les scientifiques se penchent aussi sur les activités biologiques des flavonoïdes du cacao et leur application dans la lutte contre d’autres maladies comme le cancer, les maladies inflammatoires et les troubles de la fonction immunitaire. Une des applications possibles récemment découvertes est le soulagement de la diarrhée puisque les flavonoïdes du cacao ont montré qu’elles pouvaient inhiber la sécrétion de liquide dans l’intestin grêle.

Références :

(1) Ariefdjohan MW, Savaiano DA. (2005) Chocolate and cardiovascular health: is it too good to be true? Nutrition Reviews, Dec; 63(12Pt 1):427-30.

(2) Ding E.L., Hutfless S.M., Ding X., Girotra S. (2006) Chocolate and Prevention of Cardiovascular Disease: A Systematic Review. Nutrition Metabolism (Lond) 3;3:2.

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s