Fais ceci, fais comme ça ... Fais ce que tu voudras !

lu 2794 fois

Le Plan National Nutrition Santé est-il sur le point de réussir son pari le plus délicat : survivre à l'évaluation de sa première phase ? Oui, affirment ses promoteurs. Mais au fait, c'est quoi le PNNS et qu'est-ce que ça change pour nous ?

« Fais ceci, fais comme ça ... Fais ce que tu voudras ! » - Crédit photo : www.biensur-sante.com Il y a des hommes pressés. Apparemment, le Professeur Serge Hercberg ne l’est pas. Apparemment seulement, parce que le Plan National Nutrition Santé qu’il a mis en place en 2001 et dont il a amorcé la seconde phase quinquennale il y a plus d’un an déjà (PNNS2) est en fait une course de vitesse. Contre l’obésité galopante qui a déjà rattrapé 13% des enfants de 4 à 16 ans, contre l’inégalité rampante qui creuse un fossé supplémentaire entre les populations défavorisées et celles qui le sont moins.

Le professeur Hercberg est un homme pressé parce qu’il veut en dix années enrayer un phénomène qui semble inéluctablement s’installer pour au moins trois ou quatre générations. Pressé et déterminé parce qu’il faut aujourd’hui de sacrés arguments pour obtenir de l’Etat et de l’Assurance Maladie un effort de quelque 47 millions d’euro en 2007, pour tripler le budget de recherche sur la nutrition en deux ans et faire de la France un des pôles mondiaux majeurs en ce domaine...

Appel à la mobilisation générale

L’une des innovations marquantes du PNNS première mouture était sans doute la construction de repères de consommation. La version suivante enfonce évidemment le clou mais va plus loin dans les ambitions affichées. Aujourd’hui, il s’agit de refonder une politique nutritionnelle, de décréter selon Serge Hercberg, une « mobilisation nationale pour la promotion de la nutrition ».

On a du mal, devant un enthousiasme aussi profondément ancré, à ne pas adhérer. Lorsqu’il s’agit de promouvoir des comportements aussi positifs qu’une alimentation diversifiée et de qualité, une activité physique suffisante et régulière, tout le monde applaudit. Mais, force est de constater que les actes ne suivent pas toujours et l’énorme différence existant entre les connaissances et les comportements apparaît au grand jour.

Qui ignore encore que cinq portions de fruits et légumes constituent la ration minimale idéale ? Plus grand monde. Qui affirme refuser de se conformer à cette prescription somme toute agréable ? Personne ou presque. Mais qui a véritablement adopté le rythme et navigue réellement sur ce vaisseau amiral du comportement alimentaire ? Trop peu encore. Et il faudra bien plusieurs années supplémentaires pour que la courbe de consommation s’installe à la hausse, pour lever également des freins aussi puissants que le prix de ces aliments santé, souvent excessif ou leur qualité, encore trop médiocre !

Politique nutritionnelle : la règle de 3

Le Plan National Nutrition Santé nouvelle mouture dégage trois axes d’action majeurs qui constituent l’ossature d’une véritable politique nutritionnelle.

  • 1er axe, la prévention globale destinée à agir, grâce aux modifications progressives des comportements, sur la prévalence des grandes maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, ostéoporose) et sur les risques d’obésité. Au programme, améliorer l’offre alimentaire et faciliter l’accès aux aliments de bonne valeur nutritionnelle, permettre la pratique d’une activité physique quotidienne sur tous les lieux de vie (travail, administrations...) et donner aux consommateurs que nous sommes les clés d’un véritable choix (information, étiquetage...).

  • 2ème axe, la prise en charge de l’obésité des enfants comme des adultes en combinant l’action de tous les acteurs concernés (des professionnels de santé, aux travailleurs sociaux, en passant par le monde éducatif, associatif etc.).

  • 3ème et dernier axe, l’amélioration de la prise en charge de la dénutrition des personnes âgées, devenue avec l’augmentation de la durée de la vie une conséquence d’autant plus grave qu’elle s’inscrit en contradiction avec le phénomène observé dans le reste de la population : d’un côté une « surnutrition » génératrice de risques sanitaires, de l’autre une « dénutrition », aux conséquences plus dangereuses encore puisque concernant des sujets souvent fragilisés.

« le plaisir est le plus sain des compléments alimentaires »

Egrener la liste des actions préconisées par le PNNS serait longue comme un jour sans pain mais le grand, l’immense progrès que l’obstination de Serge Hercberg a généré est sans doute que, pour la première fois dans ce domaine, on a cherché à bâtir un programme à partir d’une conviction : le plaisir de manger doit demeurer le plus puissant des moteurs de prévention nutritionnelle.

L’encadrement strict de la communication publicitaire, les tentations coercitives qui l’ont accompagnées ne doivent pas faire perdre de vue que le message essentiel du Plan National Nutrition Santé est bien « Fais ce que tu voudras ». Serge Hercberg nous aide simplement à savoir ce que l’on veut.

Outil vivant ou usine à gaz ?

Le Plan National Nutrition Santé, c’est bien plus qu’un programme de santé publique. En réalité, le PNNS est géré comme une véritable marque dont l’utilisation est régie par des règles très strictes. Pour pouvoir avoir l’autorisation d’utiliser le logo, il convient de montrer patte blanche nutritionnelle et institutionnelle. C’est l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) qui a été missionné pour instruire les demandes de partenariat et apprécier ainsi la pertinence des projets par rapport aux objectifs du PNNS.

Seules, les associations, fondations, organismes à caractère public ou privé et les collectivités territoriales ayant satisfait au cahier des charges pourront obtenir l’autorisation d’utilisation du logo afin de signaler et d’authentifier les actions et documents conformes. Ce processus exclut évidemment l’apposition du logo sur des produits. Compliqué mais efficace.

(BIENSÛR Santé Magazine n°3 - Juin 2007)

SOURCE : BIENSÛR Santé

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s