Etudiants : une année pour apprendre à bien manger !

lu 5695 fois

Les enquêtes le démontrent : chez les étudiants, l’équilibre alimentaire n’est pas une préoccupation majeure. Et pourtant, une alimentation adaptée fait partie des conditions de la réussite universitaire. Avec quelques grands principes et conseils pratiques, petit cours (de nutrition) pour mieux suivre les cours...

« Etudiants : une année pour apprendre à bien manger ! » - Crédit photo : © erwinova - Fotolia.com Les défauts de l’alimentation estudiantine sont bien connus : petits déjeuners oubliés, déjeuners bâclés ou sautés, recours aux préparations toutes prêtes, manque d’aliments simples et sains (pain, fruits et légumes, produits laitiers), collations répétées à base de gâteaux et produits sucrés, grignotages à toute heure et dîners trop copieux... Rien de plus simple : en prenant le contre-pied de ces comportements, on a les grandes lignes d’une pratique alimentaire favorable aux études !

1 Trois repas par jour, le plus possible à horaires réguliers, et sans sauter de repas.

2 Une alimentation variée, privilégiant autant que possible les aliments simples et naturels (frais ou en conserve) et faisant place à tous les groupes de nutriments. Avec à chaque repas et selon l’appétit des glucides complexes (pain, pâtes, riz, semoule, légumes secs) pour l’énergie, la satiété, l’activité physique et mentale. Et un apport plus limité de glucides simples (sucre, boissons sucrées et sucres des confiseries et des gâteaux). Avec des sources de protéines une à deux fois par jour pour les muscles, la force et la tonicité: viande, oeufs, poisson (ce dernier au moins deux fois par semaine).

Avec des lipides variés (beurre et huiles), nécessaires pour le bon fonctionnement de l’organisme et pour l’énergie. Avec du calcium, pour la croissance, la solidité des os, la détente musculaire : à chaque repas un produit laitier (qui est aussi source de protéines). Avec des minéraux et des vitamines, contre la fatigue et pour entretenir la forme : ils sont apportés par une alimentation variée incluant des fruits et des légumes (idéalement 5 par jour).

3 Une hydratation suffisante : Au moins 1,5 litre d’eau par jour, la seule boisson réellement indispensable. La consommation de sodas et boissons sucrées peut sans risque être évitée ou du moins modérée, tout comme celle d’alcool.

4 Un petit déjeuner équilibré : Ce premier repas de la journée après une nuit de jeûne a un rôle important. Il favorise la concentration, améliore les performances cognitives et permet aussi un meilleur contrôle du poids. En fonction des goûts de chacun, il doit comporter une boisson (au choix : lait froid ou chaud, chocolat, thé, café, jus de fruits frais pressé), un fruit frais (ou un jus de fruits frais), un produit laitier (au choix : lait, yaourt, fromage blanc ou fromage), un produit céréalier (pain, biscottes...), beurre, confiture... Il s’agit d’apporter à la fois de l’eau, des vitamines, du calcium, des glucides et des lipides.

5 Enfin, le sandwich peut être utile à midi à condition d’apporter des protéines (jambon, blanc de poulet, thon, fromage...) et des crudités (tomates, concombre, salade...) et d’être accompagné d’un fruit, d’un produit laitier au choix et d’une boisson (eau de préférence). Une solution de déjeuner qui est acceptable lorsqu’elle s’intègre dans une alimentation quotidienne équilibrée, après un petit déjeuner complet et avant un dîner comprenant tous les groupes d’aliments.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s