Etude InCHIANTI : caroténoïdes et mortalité

lu 2994 fois

Les études épidémiologiques suggèrent qu'une alimentation riche en fruits et légumes protége contre les maladies cardiovasculaires, les AVC et le cancer. Les fruits et légumes sont riches en substances biologiquement actives comme les caroténoïdes, les flavonoïdes et d'autres polyphénols végétaux.

De puissants antioxydants aux rôles protecteurs

« Etude InCHIANTI : caroténoïdes et mortalité » - Crédit photo : © Sylvaine Thomas - Fotolia.com Les caroténoïdes sont de puissants antioxydants qui ont montré un rôle protecteur contre les lésions causées par le stress oxydatif. Cette réduction des lésions oxydatives est impliquée dans la diminution de la mortalité globale, par cancer et maladies cardiovasculaires en particulier. Les caroténoïdes sont des piégeurs de radicaux libres, ils modulent la réponse immunitaire et jouent un rôle important dans la régulation des mécanismes d’oxydoréduction impliqués dans l’inflammation. Ces divers composés (alpha-carotène, betacarotène, beta-cryptoxanthine, lutéine, zéaxanthine et lycopène) sont présents dans une large variété de fruits et légumes.

Des marqueurs biologiques valides de la consommation de fruits et légumes

Les taux plasmatiques des caroténoïdes peuvent être mesurés de manière fiable et sont considérés comme des marqueurs biologiques valides de la consommation de fruits et légumes. jusqu’à présent, la relation entre caroténoïdes plasmatiques et mortalité n’a pas encore été bien caractérisée. Nous avons émis l’hypothèse que des taux plasmatiques faibles de caroténoïdes seraient associés à une plus forte mortalité chez les personnes âgées. Afin de la confirmer, nous avons étudié la relation entre les taux plasmatiques des caroténoïdes et la mortalité dans l’étude InCHIANTI, ("Invecchiare in Chianti" : "Vieillir dons la région de Chianti"). C’est une étude de population portant sur une cohorte de personnes âgées vivant en Toscane en Italie.

InCHIANTI une étude de suivi sur 8 ans

Ont participé à cette étude des hommes et des femmes âgés de 65 ans et plus, vivant dans deux petites villes de Toscane. En août 1998, 1270 personnes âgées de 65 ans et plus ont été sélectionnées au hasard dans les registres des villes de Greve in Chianti (pop. 11 709) et Bagno a Ripoli (pop. 4 704). Sur les 1256 sujets éligibles, 1155 (90,1%) ont accepté de participer et 1043 (90,3%) ont accepté une prise de sang. Après avoir recueilli toutes les données sur le terrain, nous avons recueilli les données sur la mortalité (Registre de Mortalité Générale de Toscane) au sein de la cohorte initiale InCHIANTI. Au cours des huit années de suivi, 310 participants sont décédés.

Les prélèvement sanguins ont été effectuées le matin après un jeûne de 12 heures et les échantillons de sérum et de plasma ont été immédiatement conservés à -80° C. Les échantillons de plasma ont été envoyés dans de la neige carbonique au Laboratoire du Dr. Semba pour mesurer les caroténoïdes plasmatiques par HPLC (Chromatographie Liquide à Haute Performance). Les caroténoïdes totaux (µmole/L) ont été calculés comme étant la somme des concentrations de alpha-carotène, beta-carotène, beta-cryptoxanthine, lutéine, zéaxanthine et lycopène.

Un moindre taux de mortalité dans le tertile supérieur de caroténoïdes plasmatiques

En moyenne, la concentration des caroténoïdes totaux était de 1,80 µmole/L. Le taux plasmatique moyen de caroténoïdes était significativement abaissé avec l’âge (P =0,0004). Durant les 8 années de suivi, on a noté 310 décès (29.7%, répartis en 74 (21,2%), 105 (30,2%) et 131 (37,8%) par ordre décroissant de tertiles de caroténoïdes totaux. En utilisant le modèle de probabilité de Cox, ajusté pour l’âge et le sexe, les participants du tertile supérieur de caroténoïdes plasmatiques de base avaient un moindre taux de mortalité que ceux du tertile inférieur (Hazard Ratio = 0,63; Intervalle de Confiance à 95% : 0,47-0,84; P=0,002).

Après ajustement pour tous les facteurs de covariance, les sujets dans le tertile supérieur de caroténoïdes plasmatiques de base avaient un moindre taux de mortalité comparés à ceux du tertile inférieur, bien que cette tendance soit moins marquée (HR obtenu en considérant le taux de caroténoïdes comme une variable ordinale = 0,81; IC 95%: 0,65-0,99; P =0,046) .

Des interventions visant è réduire la mortalité ?

Notre étude suggère que de faibles taux plasmatiques de caroténoïdes totaux, marqueurs de la consommation de fruits et légumes, sont un facteur prédictif indépendant de mortalité à huit ans chez les personnes âgées. En outre, elle montre qu’il existe une relation importante entre les nutriments antioxydants et la mortalité chez les personnes âgées. D’autres études sont nécessaires pour identifier les sous-groupes de population susceptibles de bénéficier d’interventions visant à réduire la mortalité chez les personnes âgées.

Références :

  • Lauretani F, et al. Eur J Nutr 2008; 47:335-40.

(Par Fulvio Lauretani, Hôpital Universitaire de Parme, Italie, Stefania Bandinelli, Agence Sanitaire Florentine, Florence, Italie et Luigi Ferrucci, NIA-NIH, Etats-Unis - Equation Nutrition n°84 - Janvier 2009)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s