Et si les brocolis protégeaient les fumeurs ?

lu 8234 fois

Et si les brocolis protégeaient les fumeurs ?

Les crucifères rassemblent les choux rouges et blancs, les choux fl eurs, choux de Milan, choux de Bruxelles, le cresson et les brocolis. De nombreuses études épidémiologiques ont rapporté une association positive entre des apports élevés en crucifères et la réduction du risque de cancer du rein, de la prostate, de la vessie, du colon, du rectum et du poumon. Les composés présents dans ces légumes sont capables de réduire le taux de radicaux libres et d’améliorer les défenses endogènes anti oxydantes de l’organisme.

Cela pourrait être particulièrement important chez des sujets fortement exposés au stress oxydatif, comme les fumeurs. La fumée de cigarette contient de nombreuses espèces oxygénées réactives (EOR) et d’autres substances qui provoquent diverses lésions de l’ADN. Ces dernières pourraient être impliquées dans les premiers stades de développement du cancer. Une équipe italienne a récemment démontré que la consommation de brocoli augmentait la résistance ex vivo des lésions de l’ADN induite par l’eau oxygénée (H2O2) dans les cellules mononuclées de sujets fumeurs et non fumeurs. Ainsi, les composés bio actifs des brocolis peuvent agir comme des piégeurs de radicaux libres ou améliorer les défenses antioxydantes chez les fumeurs.

Des composés qui peuvent agir en synergie pour réduire le stress oxydant

Les divers effets protecteurs des brocolis sont probablement attribuables aux glucosinolates, en particuliers les isothiocyanates. Ces substances sont impliquées dans l’induction et la modulation des enzymes de détoxification, comme les glutathion S-transférases (GST) capables de détoxifier les hydrocarbures aromatiques polycycliques de la fumée.

Mais les brocolis sont également une source d’autres composés bioactifs comme les caroténoïdes (dont la lutéine), des vitamines (C et folates) et des polyphénols, comme les flavonoïdes. Tous ces composés peuvent agir en synergie pour réduire le stress oxydant.

Des chercheurs de l’Université de Milan ont mené une étude pilote pour voir si une simple portion de brocolis pourrait affecter des marqueurs nutritionnels (caroténoïdes, vitamine C, folates), des marqueurs de la protection antioxydante et des marqueurs du stress oxydatif chez des sujets fumeurs en bonne santé.

Une étude pilote sur des étudiants fumeurs

10 hommes âgés de 20.8 ans en moyenne, avec un IMC normal ont été recrutés parmi les étudiants de l’Université de Milan. Ils devaient fumer 10 à 15 cigarettes par jour et leurs habitudes alimentaires, en particulier la consommation de fruits et légumes, devaient être homogènes. Ils ont passé un questionnaire alimentaire particulièrement centré sur les aliments riches en antioxydants et leurs statuts plasmatiques en antioxydants ont été analysés.

Avant l’expérimentation on leur a demandé de s’abstenir de consommer des aliments riches en antioxydants pendant 10 jours (à l’aide d’une liste d’aliments à éviter). Le petit déjeuner, le déjeuner et le diner ont été standardisés un jour avant l’expérience et le diner du lendemain de la consommation de brocolis. Le jour de l’étude les sujets ont consommé, après une nuit de jeune, une portion de 250 g de brocolis à la vapeur, avec 100 g de pâtes cuites et 10 g d’huile d’olive.

Des augmentations persistantes en antioxydants plasmatiques

On a mesuré leurs concentrations sanguines à 3, 6 et 24 heures de caroténoïdes, vitamines A,E,C et folates, l’activité de la GST (glutathion S transférase) et la résistance des cellules aux lésions de l’ADN, après la consommation de brocolis.

La portion de brocolis a apporté 172 mg de vitamine C, 2.75 mg de lutéines, 1.5 mg de ß-carotène et 160μg d’isothiocyanates.

Dans le plasma la concentration en ß-carotène a augmenté de 8% 6 h après la prise de brocolis. De même que la concentration en vitamine C qui a augmenté de 65% 3 h après la consommation, s’est maintenue à 28.6% à 6 h et a persisté à 8.5% 24 h après la prise. Idem pour les folates (+70% à 3h, +41% à 6 h et + 9.6% à 24 h).

Une portion de 250 g brocoli a signifi cativement réduit les niveaux de lésions d’ADN

Cette étude démontre donc que le brocoli est une bonne source de composés antioxydants comme la vitamine C, les folates et les caroténoïdes. Une seule portion de 250 g de brocoli augmente les concentrations plasmatiques de ces composés. En outre dans cette étude une portion de brocoli a signifi cativement réduit les niveaux de lésions d’ADN induite par l’eau oxygénée après 24 h.

Les auteurs insistent sur le fait qu’une portion de brocolis peut être considérée comme une manière efficace d’augmenter le pool de vitamine C et de folates au long du temps et pour moduler l’action détoxification de la glutathion S-transférase (GST).

Chez les fumeurs, les brocolis semblent donc capables d’améliorer la protection contre les lésions oxydatives de l’ADN même après une simple portion. On peut donc leur recommander une consommation régulière, de brocolis et de fruits et légumes, afi n de se préserver des méfaits potentiels du tabac.

(Par le Dr Thierry Gibault, Nutritionniste, endocrinologue, d'après Riso P, Del Bo’ C, Vendrame S, Brusamolino A, Martini D, Bonacina G, Porrini M. Modulation of plasma antioxidant levels, glutathione S-transferase activity and DNA damage in smokers following a single portion of broccoli: a pilot study. J Sci Food Agric. 2014 Feb;94(3):522-8. - EQUATION NUTRITION n°148, Décembre 2014)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s