Enrichissement en folates aux Etats-Unis : bilan

lu 2924 fois

En janvier 1998, la FDA a exigé l'enrichissement systématique en acide folique (B9) de tous les aliments céréaliers afin d'améliorer le statut en B9 des femmes en âge de procréer. Depuis cette initiative, l'incidence des anomalies de fermeture du tube neural a diminué de 26 % aux Etats-Unis. Qu'en est-il du statut en B9 de la population ?

La comparaison des résultats des analyses chez 9 919 sujets de l'étude NHANES III (avant l'enrichissement) et chez 2 121 sujets de NHANES 1999-2000 (après) montre une augmentation moyenne du taux de B9 dans le sérum (136 %) et dans les éry-throcytes (57 %) après enrichissement. Chez les femmes de 20 à 39 ans, elle atteint 153 % dans le sérum et 63 % dans les érythrocytes et est parallèle à un apport en folates accru de 36 % (+ 77 jiq/], soit en moyenne 294 ,ug/j).

Avant enrichissement, les légumes constituaient la principale source de B9 (19,4 %), devant les céréales du petit déjeuner (17,7 %) et les produits de panification (9,1 %). Désormais, le pain et ses dérivés (15,6 %) devancent les légumes (12,6 %) et les céréales du petit déjeuner (12,1 %).

Malgré une amélioration du statut en folates, le taux stocké dans l'érythrocyte chez un petit nombre de femmes en âge de procréer reste encore insuffisant pour prévenir le risque d'anomalie de fermeture du tube neural. En revanche, un enrichissement excessif est possible pour un plus un grand nombre d'Américains au risque de masquer une déficience en B12 pouvant conduire à des désordres neurologiques.

(J Am Coll Nutr 2005 ; 24(4) : 266-74.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s