En quoi les produits laitiers ont-ils un intérêt ?

lu 5895 fois

Dans de nombreux pays, la consommation de lait et de produits laitiers a diminué ces dernières décennies. Alors qu’elle contribue à une alimentation équilibrée pour une très grande majorité de la population. Pour son intérêt nutritionnel : vitamines, minéraux, protéines, acides gras... Pour la santé des enfants et des adolescents : croissance, santé osseuse et dentaire, masse musculaire, pression artérielle… De nombreux chercheurs ont lu près de 3000 publications et retenu 78 articles parmi les plus solides. Ils incitent clairement à encourager la consommation de produits laitiers, en particulier chez les jeunes !

D’un pays à l’autre, les recommandations sont en moyenne de 2 à 3 produits laitiers par jour (l’équivalent de 500 à 600 ml de lait) pour les enfants de moins de 9 ans et de 3 à 4 produits laitiers pour les adolescents. Force est de constater qu’une proportion importante des jeunes n’atteint pas ces niveaux de consommation.

Aux Etats-Unis, 94 % des 2-18 ans buvaient du lait en 1997 et seulement 84 % en 2001. La taille des portions de produits laitiers a diminué durant ces années, de même que le nombre de portions consommées chaque jour. Pour des apports de produits laitiers à peu près corrects dans les années 1965, on est passé 30 ans plus tard à des apports inférieurs de plus d’un tiers aux recommandations chez les garçons et de plus de moitié chez les filles !

La consommation marque le pas

En France, entre 1999 et 2007, l’étude INCA montre une diminution de la consommation d’environ 10% de la consommation de lait, de fromage et de produits laitiers frais chez les enfants et adolescents de 3 à 17 ans. L’étude CCAF suggère une diminution de 15% pour le fromage et de 34% pour le yaourt entre 2003 et 2007, avec cependant une augmentation de 35% pour le fromage frais.

Plusieurs explications coexistent. La consommation de produits laitiers tend à diminuer avec l’âge. Les filles sont de plus faibles consommatrices que les garçons. Les habitudes alimentaires du foyer familial ont une influence. La consommation de boissons sucrées, en augmentation, se substitue trop souvent à celle de lait ou de laitages. Le petit déjeuner joue au contraire un rôle favorable et augmente la consommation de produits laitiers. Mais on le prend de moins en moins à mesure que l’on avance en âge : en France, il concerne 87% des 3-10 ans, 71% des 11-14 ans et seulement 50% des 15-17 ans…

Une gamme étendue de macro et micronutriments…

Et pourtant les produits laitiers restent indispensables pour leurs apports de nutriments et micronutriments.

  • Ils fournissent plus de la moitié des apports de calcium chez les jeunes Français de 3 à 17 ans. La moitié de ces apports provient du lait, qui est le premier indicateur des apports calciques. Ces apports restent inférieurs aux recommandations dans de nombreux pays (Japon, Hongrie, Italie, Singapour, Etats-Unis). En France, les jeunes filles sont en manque notoire de calcium…
  • Les produits laitiers entrent aussi pour 31% dans les apports de phosphore chez les jeunes Français : un minéral nécessaire aussi à la croissance et à la santé des os et des dents.
  • Les produits laitiers sont une source importante de magnésium : les consommateurs de produits laitiers ont un statut calcique plus favorable et de meilleures chances d’atteindre les recommandations. - Le lait de vache est aussi une source appréciable d’iode. En France, les produits laitiers fournissent 40 % des apports en iode chez les enfants et les adolescents (18% pour le lait seul).
  • Les produits laitiers sont une source clé de zinc pour les enfants : ils assurent au moins un quart des apports recommandés.
  • Ils fournissent 21 % des apports de potassium (13% pour le lait seul) chez les enfants et adolescents français.
  • Pour ce qui est de la vitamine A, ils contribuent pour un quart aux apports de rétinol chez les enfants.
  • Ils contribuent aussi pour près d’un quart aux apports de vitamine B12 chez les 3-17 ans en France.
  • Ils contribuent pour 38% aux apports de vitamine B2 chez les enfants et adolescents.
  • Ils apportent des protéines de grande qualité nutritionnelle : des acides aminés essentiels et des peptides bioactifs qui ont des effets spécifiques sur la croissance, le développement musculaire et la prévention de l’adiposité.
  • Source d’énergie intéressante, ils apportent aussi des lipides : des acides gras essentiels et non essentiels. Et les effets de leurs acides gras saturés sont soit neutres, soit bénéfiques sur le plan cardiovasculaire. Certains d’entre eux, par exemple, n’augmentent pas le cholestérol LDL (le « mauvais » cholestérol), d’autres au contraire augmentent le « bon » cholestérol (HDL)…

… et des bénéfices santé largement démontrés

Au total, les études témoignent des bénéfices indéniables des produits laitiers pour garantir la croissance, l’acquisition d’une masse osseuse optimale, la minéralisation des os et des dents. Pour optimiser la composition corporelle et le développement de la masse musculaire, avec un moindre risque d’adiposité. Pour diminuer l’incidence des caries dentaires. Pour prévenir l’hypertension artérielle : deux études montrent que la consommation de produits laitiers est associée à une meilleure pression artérielle chez les jeunes.

Enfin, les produits laitiers sont associés à l’acquisition de meilleures habitudes alimentaires et d’un mode de vie plus sain. Comme à d’autres âges, et contrairement à ce qu’on entend parfois, le risque pour les jeunes n’est donc pas d’en consommer trop, mais pas assez !

(Dror DK, et al. Nutr Rev 2014 ; 72(2) :68-81. DOI: 10.1111/nure.12078.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s