Efficacité démontrée de l'acide folique pour prévenir les malformations cardiaques congénitales

lu 3403 fois

La politique canadienne de fortification des produits céréaliers en acide folique a déjà prouvé son efficacité en matière de prévention des anomalies du tube neural. Le dernier article publié dans le British Medical Journal par une équipe de chercheurs du Centre McGill d'excellence pour les maladies congénitales du coeur (Unité MAUDE), de l'Institut de recherche du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) et de l'Université McGill, prouve qu'elle diminue également l'incidence des malformations cardiaques congénitales de plus de 6%.

Efficacité démontrée de l’acide folique pour prévenir les malformations cardiaques congénitales - Crédit photo : www.prevention.ch " Cette baisse est très importante et elle est probablement sous-estimée ", selon Raluca Ionescu-Ittu, candidate au PhD de l’équipe. " D’autres facteurs connus pour provoquer potentiellement plus de malformations cardiaques congénitales ont augmenté pendant la période de l’étude, donc sans la fortification nous aurions du observer une augmentation de ces malformations. "

En effet : à partir de décembre 1998 tous les produits céréaliers vendus au Canada ont été fortifiés en acide folique à raison de 0,15mg de folate par tranche de 100g de farine. Or les chercheurs ont prouvé, grâce aux banques de données provinciales, que le taux de malformations cardiaques congénitales entre 1990 et 1999 était de 1,64 pour 1000 naissances, contre 1,47 pour 1000 naissances entre 1999 et 2005. Soit une baisse de 6,2% par an du taux de malformations cardiaques congénitales après 1999.

Malgré ce succès des efforts de prévention sont encore nécessaires pour encourager les futures mères à prendre des suppléments en acide foliques. " Le niveau de fortification a été décidé de façon à ne pas provoquer d’effets secondaires négatifs dans la population en général, " explique Mme Ionescu-Ittu. " Mais il n’est pas entièrement suffisant pour les femmes qui prévoient d’être enceintes : elles devraient commencer à prendre des suppléments trois mois avant le début de leur grossesse. "

Les effets bénéfiques de l’acide folique pour le développement de l’embryon et du bébé sont constamment réévalués et remis à jour dans différents domaines. Or les sources naturelles de la vitamine telles que les fruits ou les légumes verts peuvent ne pas suffire pour fournir une dose suffisante à une femme enceinte. Les gynécologues sont donc nombreux à conseiller des suppléments en plus d’un régime sain et riche en acide folique...

Retrouvez ce communiqué accompagné de l’article original et d’une interview audio sur www.muhc.ca (en anglais).

(Par Isabelle Kling - Université McGill - Communiqué du 14 mai 2009)

Source : Centre Universitaire de Santé McGill (IR CUSM)

SOURCE : Centre Universitaire de Santé McGill

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s