Effet de la consommation de deux parts de camembert par jour sur le profil lipidique chez l'homme hypercholestérolémique

lu 4924 fois

Des études récentes suggèrent que malgré leur contenu en acides gras saturés, les produits laitiers ne sont pas associés à une augmentation du risque cardiovasculaire ou du syndrome métabolique. Une première étude chez l'homme sain n'a pas montré de différence entre choisir de consommer deux parts de fromage ou deux yaourts par jour parmi les 3 produits laitiers conseillés chez l'adulte sain. L'objectif de cette étude était de vérifier cette hypothèse sur les paramètres lipidiques d'adultes hypercholestérolémiques.

« Effet de la consommation de deux parts par jour de camembert sur le profil lipidique chez l’homme hypercholestérolémique » - Crédit photo : veritable.camembert.free.fr Il s’agit d’une étude multicentrique, contrôlée et randomisée en ouvert concernant 159 hommes et femmes, âgés de 18 à 65 ans, hypercholestérolémiques ayant un LDL-c compris entre 1,60 g/l (4,13 mmol/l) et 2,20 g/l (5,68 mmol/l), ne recevant pas de traitement hypocholestérolémiant. Après une période de stabilisation de 3 semaines comportant 2 yaourts / jour mais excluant les fromages, les sujets inclus sont randomisés en deux groupes : l’un consommant 2 portions quotidiennes (2 x 30 g/j) de camembert - Président - (C), l’autre (groupe contrôle) consommant 2 x 125 g de yaourt (Y) par jour. Après randomisation, la période de consommation des produits est de 5 semaines. Les sujets inclus dans l’étude ne devaient pas consommer d’autres fromages ou de produits laitiers fermentés mais pouvaient consommer du lait.

Malgré une augmentation significative de consommation d’acides gras saturés dans le groupe C, il n’y a pas eu d’effet produit (pas de différence entre les 2 groupes, ni de variation au cours du temps) sur la concentration plasmatique de LDL-c (-0,23% dans te groupe C et + 1,4% dans te groupe Y), ni sur le reste des paramètres ( HDL-c, CT, Apo B100, ApoA1, TG, les rapports LDL-c/HDL-c, TG/HDL-c, Apo B100/Apo Al, CT-HDLc)/HDL-c), ni de variation significative du poids.

Cette étude n’a pas montré de variation significative du cholestérol total, LDL et HDL chez des hypercholestérolémiques consommant quotidiennement 2 portions de camembert pendant 5 semaines. Plusieurs hypothèses sont avancées quant aux raisons de ce « paradoxe ». L’une repose sur la particularité de la matière grasse laitière (La matière grasse laitière, Sciences des aliments, Vol 28, 2008) et l’autre tient aux activités pré et probiotiques du camembert (Firmesse 0., 2008) apportant des bactéries qui lui sont spécifiques et qui peuvent moduler les fonctions intestinales et en particulier le métabolisme du cholestérol (Lay C., 2004 ). Des études complémentaires devront permettre d’approfondir cette hypothèse. Ainsi la consommation de camembert, sans altérer le profil lipidique de patient ayant une hypercholestérolémie, permet aussi de participer à la couverture des besoins en minéraux, vitamines et protéines ainsi qu’à l’équilibre de la flore intestinale.

Sources et références :

  • C Bonhomme (Lactalis, Retiers), X Pelletier (Optimed, Gières), Y Donazzolo (Optimed, Gières), B Schmitt (Cern Lorient), C. Defoort (Inserm Marseille), JM Lecerf (Institut Pasteur Lille), P Le Ruyet (Lactalis, Retiers), M. Romon (Faculté de médecine Lille), F Paillard (CHU Rennes), JL Bresson (Hopital Necker, Paris), JL Schlienger (Faculté de médecine Strasbourg)

(Par Alexandre Glouchkoff, diététicien nutritionniste, d’après un poster présenté lors du 4e Congrès International VITAGORA Goût-Nutrition-Santé - 18 mars 2009)

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s