Du thé vert contre le cancer ?

lu 7128 fois

La prévalence du cancer du poumon est relativement importante dans les pays industrialisés. Or, il semble que la consommation de thé vert puisse moduler l'effet du tabagisme sur ce type de cancer. C’est ce que rapporte une étude randomisée effectuée à Taiwan.

« Du thé vert contre le cancer ? » - Crédit photo : Dariusz Sas Le thé et plus particulièrement le thé vert, a reçu beaucoup d’attention de la part des scientifiques ces dernières années, en raison de sa richesse en antioxydants et également parce que sa préparation semble avoir une activité inhibitrice de la tumorigenèse. Toutefois, les études concernant cette boisson, disponibles à ce jour, avaient souvent été inhibées par les défauts du modèle épidémiologique.

Des non-buveurs à risque !

Dans cette étude, 170 patients atteints d’un cancer du poumon et 340 patients sains ont été enrôlés. Les chercheurs ont soumis tous les participants à un questionnaire afin de récolter des données démographiques, des informations sur le tabagisme, sur la consommation de thé vert, sur l’apport alimentaire en fruits et légumes, sur les pratiques culinaires et enfin sur les antécédents familiaux de cancer du poumon. Un génotypage de l'insuline-like growth factor (IGF) a également été pratiqué.

Parmi les fumeurs et non-fumeurs, ceux qui ne buvaient pas de thé vert présentaient un risque 5,16 fois plus élevé de développer un cancer du poumon par rapport à ceux qui consommaient au moins une tasse de thé vert par jour. En revanche, les fumeurs ne buvant pas cette boisson présentaient tous un risque de cancer du poumon 12,71 fois supérieur par rapport à ceux consommant au moins une tasse de thé vert quotidiennement.

Intervention de la génétique ?

Lin et ses collègues soupçonnent la génétique de jouer un rôle dans cette différence de risque. Les buveurs de thé vert ayant des génotypes non-sensibles IGF1 (CA) 19 / (CA) 19 et (CA) 19 / X faisaient en effet état d'une réduction de 66 pour cent du risque de cancer du poumon par rapport à ceux portant le génotype IGF1 X / X.

Les gros fumeurs transportant des génotypes IGF1 sensibles, IGF2 et IGFBP3 présentaient également un risque plus élevé de cancer du poumon par rapport aux non-fumeurs transportant les mêmes génotypes.

Selon les auteurs, cette étude indique que, dans le cas du cancer du poumon, la carcinogenèse induite par le tabagisme pourrait être modulée par la consommation de thé vert ainsi que par le terrain génétique.

(Par Alexandre Dereinne, diététicien, d'après Lin H et al. Green Tea Could Modify the Effect of Cigarette Smoking on Lung Cancer Risk. AACR-IASLC Joint Conference on Molecular Origins of Lung Cancer - www.aacr.org.)

SOURCE : Health and Food

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s