Du calcium pour faire fondre le risque cardio-vasculaire

lu 3856 fois

Des suppléments de calcium amélioreraient le profil de risque cardiovasculaire des personnes obèses qui consomment cet élément en trop faible quantité, selon une étude étude qui pourrait faire des vagues dans le monde de la nutrition, parue dans le numéro de janvier de la revue « The American Journal of Clinical Nutrition ».

Des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université Laval ont découvert que la prise de suppléments de calcium améliore le profil de risque cardiovasculaire chez des personnes qui suivent un régime amaigrissant. « Cet effet bénéfique est surtout manifeste chez les gens qui ont une alimentation pauvre en calcium, observe le responsable de l'étude, Angelo Tremblay. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'effet chez les personnes qui consomment déjà suffisamment de calcium, mais l'ampleur de cet effet est moindre ».

Le professeur Tremblay et son équipe étudient le lien entre le calcium et l'obésité depuis maintenant six ans. Leurs premiers résultats, publiés en 2003, avaient révélé que les personnes qui ont une alimentation pauvre en calcium ont un pourcentage de gras, un tour de taille et un taux de mauvais cholestérol plus élevé que ceux qui en consomment modérément ou beaucoup.

Une seconde étude, qui s'échelonnait sur six ans, a démontré que plus les gens avaient réduit leur consommation de produits laitiers pendant cette période, plus leur poids, leur taux de gras corporel et leur tour de taille avaient augmenté. Ces deux études constituaient toutefois des preuves indirectes d'un lien entre l'obésité et le calcium.

Les chercheurs ont donc recruté 63 femmes désireuses de perdre du poids - leur indice de masse corporelle dépassait 30 - et ils les ont soumises à un programme amaigrissant de 15 semaines. Au départ, ces femmes avaient une alimentation qui leur procurait, en moyenne, 700 mg de calcium par jour, un apport nettement sous la recommandation de 1000 mg. « Cette situation n'est pas exceptionnelle, souligne Angelo Tremblay. Plus de 50 % des femmes ne consomment pas la dose quotidienne recommandée de calcium ». En plus de suivre un régime réduit en calories, les participantes devaient prendre quotidiennement deux comprimés placebos ou deux comprimés de calcium, totalisant 1200 mg de cet élément, avec de la vitamine D, « pour rendre le calcium plus facilement biodisponible », précise le professeur Tremblay.

Au terme des 15 semaines, les chercheurs ont constaté que l'amélioration des indices de cholestérol et des lipoprotéines HDL (bon cholestérol) et LDL (mauvais cholestérol) était beaucoup plus prononcée dans le groupe calcium + vitamine D que dans le groupe placebo.

Fait remarquable, l'ampleur des changements observés dans le profil des lipides et des lipoprotéines n'était pas liée à l'importance de la perte de poids ou de la diminution du tour de taille des participantes. Ceci porte à croire que l'effet bénéfique des suppléments de calcium et de vitamine D sur le profil des lipides et des lipoprotéines est indépendant de l'amaigrissement.

« Chez les petites consommatrices de calcium, la prise de suppléments de calcium et de vitamine D provoquerait une amélioration du profil de risque cardiovasculaire comme celui qui accompagne normalement un régime amaigrissant », soulignent les auteurs de l'étude. La prescription de suppléments de calcium et de vitamine D doit donc être envisagée dans les programmes amaigrissants destinés aux personnes qui consomment du calcium en quantité insuffisante, concluent-ils.

(Jean Hamann - Le journal de la communauté universitaire - Volume 42, numéro 20 - Févier 2007)

SOURCE : Université Laval

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s