Dis-moi ce que tu manges et je te dirai ta classe sociale

lu 4016 fois

Les sociologues l’observaient déjà au début du XXe siècle : les riches et les pauvres n’avaient pas la même consommation de viande, de pain, de beurre ou de légumes… Et aujourd’hui ? L’industrialisation de la production alimentaire, la rapidité des transports, la grande distribution ont modifié la donne. Beaucoup de produits réservés auparavant à une élite se sont « démocratisés ». Mais ce n’est pas pour autant que tout le monde mange pareil. Des différences sociales persistent. Les comportements alimentaires restent des indicateurs de position sociale.

L’alimentation pèse lourd dans le budget des ménages les plus modestes : en 2011, elle y entrait pour 19 %, contre 14 % dans les foyers les plus aisés. Ces derniers y consacrent de plus en plus d’argent, mais pour eux le « coût » n’est pas le même. Les plus modestes sont évidemment plus sensibles aux prix. Ils dépensent moins aussi pour la restauration hors foyer : 222 € par mois en moyenne en cas de revenus inférieurs à 1.000 € mensuels, contre 539 € par mois quand les revenus excèdent 3500 € mensuels. La moyenne française pour la dépense hors domicile est de 396 € par mois.

Fruits, légumes et poisson pour les uns, pommes de terre et viande pour les autres…

La consommation de fruits et légumes est plus importante dans les classes aisées. Une différence sensible même chez les adolescents. Les pommes de terre et le riz restent traditionnellement surconsommés par les classes populaires. La consommation de poisson suit aussi un gradient social. En-dessous de 900 € de revenu mensuel, 39 % mangent du poisson deux fois par semaine. Au-dessus de 1500 € par mois, ils sont 52 %. A l’inverse, la consommation de viande est plus faible chez les cadres et professions libérales (112 g par jour en moyenne en 2007) que chez les ouvriers (137 g par jour). Ces derniers privilégient plutôt le boeuf et le porc, alors que les plus aisés mangent plus d’agneau et de volaille.

A chacun son restaurant

Le vin a aussi changé de statut : 61 % des cadres et professions libérales en boivent régulièrement pendant la semaine, contre 40 % des employés et 46 % des ouvriers (qui sont les plus forts consommateurs de bière). La consommation de vin dans les catégories socioprofessionnelles supérieures pourrait être liée à une « sociabilité » plus importante, avec notamment plus de repas pris au restaurant. La restauration hors foyer prend d’ailleurs une part croissante dans le budget alimentation des ménages : jusqu’à 30 % chez les plus aisés contre 15 % chez les plus modestes. Les établissements fréquentés diffèrent : fast-food et cantines pour les uns, restaurants classiques de préférence pour les autres…

Produits frais ou labellisés contre bouffe rapide

De même, les achats de produits frais sont aujourd’hui un marqueur de position sociale. Naguère, les riches étaient les premiers utilisateurs des produits transformés proposés par l’industrie. Aujourd’hui, ce sont surtout les plus modestes qui les achètent préférentiellement. Il en est de même pour la consommation rapide de sandwichs, pizzas, quiches et viennoiseries. Sans oublier les boissons sucrées, sirops et sodas. Même entre les enfants et les adolescents, il y a de nettes différences sociales pour la consommation de ces produits.

Les lieux d’achat des denrées distinguent aussi les consommateurs : 20 % des plus modestes fréquentent les magasins de hard discount, contre 5 % des plus aisés. Ceux-là privilégient surtout les commerces de détail, les marchés, voire les circuits de producteurs…

Plus on a des revenus élevés, plus on est prêt à payer pour des aliments affichant des labels de qualité. Pour des vins bénéficiant d’une AOP. Pour des produits du commerce équitable.

Pour du bio… Quoique les ménages modestes témoignent aussi d’un intérêt croissant pour le bio et l’équitable. C’est la logique de diffusion sociale : les comportements de « ceux d’en haut » tendent à descendre vers « ceux d’en bas ». Pas complètement toutefois : les classes moyennes semblent souvent plus bénéficiaires que les classes les plus défavorisées.

La pression des prix… et de la « distinction »

Car il ne faut pas négliger le poids des contraintes économiques. Le bio, les fruits et légumes, le poisson et quantité d’autres produits ne sont pas vraiment bon marché. Pire, il semble même que leur prix soit souvent estimé supérieur à ce qu’il est réellement. Ce qui n’incite pas aux achats les foyers modestes.

Il y aura donc peut-être encore longtemps des différences sociales dans les comportements alimentaires. D’autant plus que les plus riches sont sollicités par de nouveaux produits. Après le saumon et le foie gras, devenus quasiment banals et accessibles, les voici en quête de poutargue et de jambon bellota ! Des délices plus chers et moins connus. Ce sont encore les sociologues qui soulignent la recherche de la « distinction ». Les comportements alimentaires restent des marqueurs sociaux.

(D’après Céline Laisney. Analyse n° 64, octobre 2013. Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Centre d’études et de prospective).

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s