Diagnostic de l'obésité infantile dès l'âge de 6 mois

lu 5096 fois

Des chercheurs de l'Université du Texas à Galveston ont publié une étude selon laquelle il serait possible de prédire dès l'âge de six mois le risque de développer une obésité chez l'enfant. L'intérêt du dépistage de l'obésité dès le plus jeune âge est de permettre de développer plus tôt des stratégies de prévention de cette maladie.

« Diagnostic de l'obésité infantile dès l'âge de 6 mois » - Crédit photo : www.shanghaidaily.com Les résultats sont publiés dans la revue "Journal of Pediatrics". Actuellement, environ un enfant américain sur trois est en surpoids ou obèse. Un tiers des enfants nés après l'année 2000 souffrira de diabète au cours de sa vie, beaucoup d'entre eux devront faire face à une obésité chronique ou des problèmes de santé associés tels que les maladies cardio-vasculaires, l'hypertension, le cancer et l'asthme.

Le Dr David McCormick et son équipe ont réalisé une étude rétrospective en analysant les dossiers médicaux électroniques de femmes enceintes et de leurs bébés vus en visite de routine à l' "University of Texas Medical Branch" (UTMB). Pour évaluer le surpoids des bébés, les chercheurs ont utilisé le critère "poids/longueur" à la place de l'indice de masse corporelle classique car celui-ci est basé sur le poids et la taille mesurée en position debout, ce qui est imprécis pour des enfants de moins de trois ans.

Un nouveau-né sur six est obèse

Les premiers résultats font apparaître une prévalence de l'obésité infantile de 16% chez les enfants âgés de six mois, ce qui indique que 16% de ces enfants étaient obèses, soit un nouveau-né sur six. La prévalence de l'obésité était de 17% chez les enfants âgés de 24 mois. L'analyse des données montre que les enfants obèses à l'âge de 24 mois ont une probabilité importante d'avoir été obèses à l'âge de six mois : 35% des enfants obèses à 24 mois étaient obèses à 6 mois (odds ratio = 13.3) [1]. Ces résultats montrent que l'obésité apparaît dès le plus jeune âge et subsiste en grandissant. Il est ainsi possible de prédire le risque pour un enfant de développer un surpoids ou une obésité à l'âge de 24 mois. Néanmoins, les données médicales recueillies à l'âge de six mois ne peuvent pas servir pour pronostiquer l'apparition de l'obésité à l'age adulte. En effet, un enfant qui a un poids excessif à 6 mois ou à 24 mois ne sera pas automatiquement obèse à l'âge adulte.

Un dépistage de l'obésité infantile insuffisant

Les auteurs pointent du doigt des insuffisances dans le dépistage de l'obésité infantile. Ils ont découvert que l'obésité a été diagnostiquée chez seulement 14% des bébés obèses à 6 mois et 23% des enfants obèses à 24 mois. Le Dr McCormick, qui est professeur de pédiatrie, souhaite la mise en place par les services de santé d'un meilleur diagnostic de l'obésité infantile pour dépister le plus tôt possible les enfants susceptibles de développer un surpoids ou une obésité, et recommande le développement de meilleurs outils d'intervention (nutrition, exercice...).

L'alimentation infantile

L'Académie américaine de pédiatrie recommande pendant les quatre à six premiers mois de la vie, l'allaitement exclusif, et non un allaitement mixte qui consiste à donner le sein et le biberon. Des études ont montré que l'allaitement maternel exclusif permettait de prévenir l'obésité. La consommation suffisante de fibres, en faisant consommer les fruits entiers et non des jus de fruits permet également de maintenir les bébés en bonne santé. En revanche, l'introduction précoce de céréales dans les biberons favorise l'obésité.

Femme enceinte en surpoids = bébé en surpoids

Les données médicales maternelles recueillies par les chercheurs montrent que pendant leur grossesse les mères d'enfants obèses ont pris 7 kg de plus que les mères d'enfants en bonne santé. Ces résultats sont corrélés avec des études précédentes réalisées auprès d'enfants et d'adolescents qui indiquent que les garçons et les filles dont les mères étaient déjà obèses avant leur grossesse ou qui avaient pris du poids de manière excessive pendant leur grossesse, avaient des risques plus élevés de devenir obèses. Le Dr McCormick recommande ainsi un meilleur suivi des femmes enceintes pour prévenir la prise excessive de poids.

L'étude souligne la nécessité de traiter les problèmes de poids dès le plus jeune âge de manière efficace et ainsi empêcher cette pathologie de se transmettre sur plusieurs générations. Les premières années de la vie pourraient bien être la meilleure période pour intervenir en matière de prévention primaire ou ciblée de l'obésité.

[1] Un Odds ratio (OR), également désigné comme rapport des chances ou risque relatif rapproché est une mesure statistique, utilisée en épidémiologie, permettant de mesurer le degré de dépendance entre des variables aléatoires qualitatives. Il est utilisé en inférence bayésienne et en régression logistique, et permet de mesurer l'effet d'un facteur. Il se définit comme le rapport des chances qu'un événement arrivant, par exemple une maladie, à un groupe de personnes A arrive également à un autre groupe B. S'il est proche de 1, la maladie est indépendante du groupe, s'il est supérieur à 1 la maladie est plus fréquente dans le groupe A. S'il devient très élevé, la maladie est beaucoup plus fréquente dans le groupe A, s'il tend vers zéro la maladie est beaucoup plus fréquente dans le groupe B.

[2] En épidémiologie, la prévalence d'une maladie est une mesure de l'état de santé d'une population à un instant donné. Pour une affection donnée, elle est calculée en rapportant à la population totale, le nombre de cas de maladies présents à un moment donné dans une population. La prévalence est utilisée pour estimer la proportion de la population souffrant d'une maladie à un moment donné dans le temps.

Pour de plus amples informations, consulter :

(Par Alexandre Touvat - BE Etats-Unis numéro 205 (30/04/2010) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT)

SOURCE : ADIT

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s