Diabète : maîtriser la qualité des glucides plutôt que les réduire

4242 Réagir

Avant d'avoir pris suffisamment de recul, les nutritionnistes ont beaucoup tâtonné pour définir les meilleures conditions de prévention du diabète.

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

Afin de réduire l'hyperglycémie caractéristique du diabète, il était tentant de réduire la consommation de glucides, ce qui aboutissait à privilégier les aliments sources de matières grasses et de protéines qui aggravaient les conséquences vasculaires du diabète !

Depuis cette première approche, les enquêtes épidémiologiques ont bien montré qu'il était préférable d'avoir une alimentation abondante en produits végétaux, céréales complètes, fruits et légumes, féculents divers pour prévenir les risques du diabète.

Il s'agit donc de maîtriser la qualité des apports glucidiques plutôt que de les réduire. Cette qualité peut être définie par un index glycémique (qui mesure la capacité d'un aliment à élever la glycémie après un repas, pour un apport glucidique standard) mais il faut aussi considérer la charge glycémique de l'aliment (qui tient compte de l'index glycémique et de la quantité de glucides apportés) et sa densité nutritionnelle en minéraux et micronutriments.

Bien que la prévention du diabète (primaire et secondaire) repose principalement sur la diversité et la densité nutritionnelle des produits végétaux, sources de glucides, il ne faut pas négliger la qualité des autres aliments pour la fourniture d'acides gras ou d'acides aminés indispensables...


SOURCE : Aprifel