Deux nouvelles études montrent le bénéfice santé des amandes chez les personnes atteintes de diabètes de type 2

lu 14840 fois

Des chercheurs d'Asie, d'Amérique du Nord et d'Europe se sont réunis lors du congrès annuel de l'Experimental Biology (EB) à la Nouvelle-Orléans dans le but de présenter cinq nouvelles études prouvant le bénéfice santé des amandes sur l'organisme. Les chercheurs ont présenté de nouvelles recherches centrées sur l'étude des hormones intestinales et le fonctionnement de l'intestin dans l'absorption des substances nutritives et phytochimiques des amandes, en vue d'examiner l'impact de la consommation des amandes sur la santé cardiovasculaire de personnes atteintes de diabète de type 2 [1,2,3,4].

« Deux nouvelles études montrent le bénéfice santé des amandes chez les personnes atteintes de diabètes de type 2 » - Crédits photo : www.jardinbrico.com Les deux études examinant l’effet des amandes sur les personnes atteintes de diabète de type 2 analysaient l’impact sur les facteurs de risque cardiovasculaire. Les maladies cardiovasculaires sont l’une des premières causes de décès à l’échelle mondiale, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Elles représentent en outre une préoccupation plus importante pour les diabétiques, parce qu’ils ont un risque deux à quatre fois supérieur d’être exposé au risque cardiovasculaire, à la différence de leurs homologues non diabétiques [5,6].

De précédentes recherches, dont neuf études cliniques, ont montré que les amandes consommées dans le cadre d’un régime pauvre en graisses saturées et en cholestérol peuvent contribuer à stabiliser le niveau de cholestérol et à garder un cœur en bonne santé. Les doubles effets positifs des amandes sur la santé cardiovasculaire et leur faible teneur en glucides (10 grammes d’amandes contiennent environ 1 gramme de glucides) ont poussé les chercheurs à étudier plus spécifiquement l’intérêt d’inclure des amandes et d’autres fruits secs oléagineux dans le régime alimentaire des diabétiques.

Les amandes aident les personnes atteintes de diabète de type 2 à conserver un cœur en pleine forme [3]

Des chercheurs de l’université de médecine de Taipei et de l’université Tufts ont collaboré à une nouvelle recherche présentée à l’EB. Elle visait à examiner les effets des amandes sur les facteurs de risque cardiovasculaire parmi 20 patients chinois atteints de diabète de type 2, présentant une hyperlipidémie modérée et traités par antidiabétiques oraux. Les chercheurs ont mesuré l’indice de graisse corporelle, la cholestérolémie totale, la cholestérolémie LDL, le stress oxydatif, la glycémie, le taux d’insuline et les biomarqueurs inflammatoires.

L’essai clinique réalisé sur 12 semaines impliquait des sujets qui avaient suivi, au hasard, soit un régime NCEP de phase 2, soit un régime à base d’amandes, correspondant au régime NCEP de phase 2 mais dans lequel 20 % de l’apport en calories avaient été remplacés par des amandes. À la fin de l’étude, les chercheurs ont découvert que le régime à base d’amandes avait entraîné des diminutions importantes, dont 1 % de l’indice de graisse corporelle, 8 % de la cholestérolémie totale et 13 % de la cholestérolémie LDL. La découverte la plus significative est que l’apport d’amandes avait permis de diminuer l’inflammation ainsi que les taux de glucose et d’insuline dans le sang. Les niveaux d’alpha-tocophérol ou de vitamine E dans le sang ont augmenté, tout comme la résistance du cholestérol LDL à l’oxydation, lorsque les tissus ont été testés en laboratoire. Le régime NCEP de phase II a par ailleurs amélioré les facteurs de risque cardiovasculaire. Les changements n’étaient cependant pas aussi significatifs sur le plan clinique que ceux constatés pour le régime à base d’amandes.

Le Dr. Oliver Chen, principal auteur de l’étude de l’université Tufts, a déclaré : « Les résultats de cette étude se sont révélés très intéressants. Ils suggèrent que des recherches supplémentaires doivent être conduites pour évaluer les bienfaits des amandes sur le cholestérol et la résistance à l’insuline chez les personnes atteintes de diabète de type 2 issues de différentes populations. » Il a insisté sur le fait que d’autres recherches « nous fourniraient une meilleure compréhension de la manière dont l’alimentation quotidienne, la génétique et l’hygiène de vie peuvent influencer positivement le bénéfice santé des amandes dans l’alimentation en général. »

L’étude en bref :

Sujets : Vingt patients chinois atteints de diabètes de type 2 ayant une hyperlipidémie modérée et traités par antidiabétiques oraux.

Méthodes : Un essai clinique croisé sur 12 semaines au cours duquel les patients suivaient, de manière aléatoire, soit un régime NCEP de phase II, soit un régime à base d’amandes. Le régime à base d’amande correspondait au régime NCEP de phase II dans lequel 20 % de l’apport total de calories était remplacé par des amandes. Les chercheurs ont mesuré l’indice de graisse corporelle, la glycémie, le taux d’insuline, la cholestérolémie totale, la cholestérolémie LDL, le stress oxydatif et les biomarqueurs inflammatoires.

Résultats : Les chercheurs ont constaté que le régime à base d’amandes avait permis des diminutions importantes, dont 1 % de l’indice de graisse corporelle, 8 % de la cholestérolémie totale, 13 % de la cholestérolémie LDL, 6,7 % de la glycémie et 7,9 % du taux d’insuline. Des changements ont également été remarqués parmi les biomarqueurs inflammatoires mesurés, ainsi qu’en termes de résistance du LDL à l’oxydation, lorsque les tissus ont été testés en laboratoire. Les chercheurs ont également découvert une augmentation des niveaux d’alpha-tocophérol ou de vitamine E dans le sang. Le régime NCEP de phase II a par ailleurs entraîné des changements en matière de facteurs de risque cardiovasculaire. Ceux-ci, toutefois, n’étaient pas aussi significatifs sur le plan clinique que ceux mis en évidence par le régime à base d’amandes.

Les amandes et d’autres fruits secs oléagineux peuvent avoir un impact sur les niveaux HbA1C et sur le risque de maladie cardiovasculaire [4]

Une autre nouvelle étude présentée à l’EB par le Dr. Cyril Kendall et financée par l’ITNC NREF (International Tree Nut Council Nutrition and Research and Education Foundation) a examiné l’effet des fruits secs oléagineux, en particulier des amandes, non seulement sur les facteurs de risque cardiovasculaire, mais aussi sur les niveaux d’hémoglobine A1C (HbA1c). HbA1c est un test permettant d’estimer le contrôle de la glycémie pendant deux à trois mois. Au cours de cette étude de trois mois, 117 personnes atteintes de diabète et traitées par voie orale pour aider à contrôler leur taux de glycémie ont suivi, de manière aléatoire, l’un des trois régimes suivants : un régime à base de différents fruits secs oléagineux à pleine dose (75 g), un régime à base de différents fruits secs oléagineux à demi-dose (38 g) et d’une demi-portion de gâteaux de type muffin ou un régime avec muffins (régime témoin). Les chercheurs ont mesuré les niveaux d’HbA1c, les lipides sériques, la tension artérielle, le stress oxydatif et les biomarqueurs inflammatoires.

Les chercheurs ont découvert qu’un régime à base de différents fruits secs oléagineux à pleine dose permettait une amélioration significative du contrôle glycémique, comme l’indique la réduction des niveaux d’HbA1c (P < 0,01). On a aussi remarqué une diminution importante en termes de facteurs de risque cardiovasculaire (P < 0,022) et de cholestérol LDL (P < 0,027), dans le groupe du régime à base de différents fruits secs oléagineux à pleine dose par rapport au groupe témoin.

Le principal auteur de l’étude, le Dr. Kendall de l’université de Toronto, a expliqué : « Ces découvertes s’appuient sur de précédentes recherches qui ont montré que les fruits secs oléagineux jouent un rôle bénéfique en modifiant les niveaux de lipide sérique et, chose intéressante, suggèrent également que ceux-ci peuvent servir à favoriser la régulation glycémique. » Même si une étude de suivi est nécessaire pour explorer les effets des fruits secs oléagineux sur la glycémie, cette nouvelle étude confirme les nombreuses améliorations potentielles que les fruits secs oléagineux, en particulier les amandes, peuvent apporter à notre alimentation et à notre santé.

L’étude en bref :

Sujets : 120 sujets atteints de diabète sucré non insulinodépendant traités par agents antidiabétiques oraux.

Méthodes : Au cours de cette étude parallèle de trois mois, les sujets ont reçu au hasard l’un des trois traitements suivants : 1) Régime à base de fruits secs oléagineux à pleine dose : des fruits secs oléagineux crus, en particulier des amandes, ont été ajoutés au régime habituel des sujets en fonction de l’apport énergétique. 2) Régime à base de fruits secs oléagineux à demi-dose : une demi-dose de fruits oléagineux et une demi-dose de gâteaux de type muffins ont été fournis comme témoins en fonction des besoins caloriques. 3) Témoin : Des muffins au blé complet correspondaient à la valeur énergétique des fruits secs oléagineux fournis. Des bilans hebdomadaires des régimes ont été effectués et des échantillons sanguins ont été recueillis à jeun aux semaines de référence 2, 4, 8, 10 et 12, afin de mesurer les facteurs de risque cardiovasculaire et les mesures de régulation glycémique.

Résultats : Aucune différence importante concernant l’HbA1c entre les régimes n’a été observée, bien qu’à l’issue du régime à base de fruits secs oléagineux à pleine dose, on ait remarqué une réduction importante par rapport au début de l’étude des niveaux d’HbA1c (p < 0,01) par rapport au régime à base de fruits secs oléagineux à demi-dose et au régime à base de muffin seul. Des différences importantes ont été observées entre le groupe pleine dose et le groupe muffin en termes de cholestérol total (p = 0,022) et de cholestérol LDL (p = 0,027).

Pour de plus amples informations, consulter www.AlmondsAreIn.com

Sources et références :

  1. Berry, S., Lapsley, K., Tydeman, E., Lewis, H., Phalora, R., Rosborough, J., Picout, D., Ellis, P. Manipulation of lipid bioaccessibility influences postprandial vitamin E concentrations in healthy human subjects: implications for implications for inflammation, oxidative stress and vascular responses (La manipulation de la bioaccessibilité des lipides influence les concentrations postprandiales en vitamine E chez les sujets humains en bonne santé : implications pour les cas d’inflammation, de stress oxydatif et de réponses vasculaires.)
  2. Mandalari, G., Rich, G., Bisignano, G., Parker, M., Waldron, K., Wickham, M. Almond skins digestion using an in vitro dynamic gastric model: phytochemicals release and gut health. (L’amande facilite la digestion au moyen d’un modèle gastrique dynamique in vitro : libération de substances photochimiques et santé de l’intestin.)
  3. C-Y.O., Chen, J.-F., Liu, C.-M., Chen. Almonds ameliorate risk factors of cardiovascular disease in type 2 diabetes. (Les amandes améliorent les facteurs de risque pour les maladies cardiovasculaires dans le cas de diabètes de type 2.)
  4. Kendall, C., Esfahani, A., Parker, T., Banach, M., Mitchell, S., Jenkins, D. Longer-term effects nuts on glycemic control in type 2 diabetes. (Les effets à long terme des fruits oléagineux sur le contrôle glycémique chez les diabétiques de type 2.)
  5. Organisation Mondiale de la Santé
  6. American Heart Association

SOURCE : Collective des Amandes de Californie

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s