Des scientifiques obtiennent de nouvelles informations sur le « gène de l'obésité »

lu 4036 fois

Une équipe de scientifiques financée par l'UE a obtenu de nouvelles informations sur la façon dont le «gène de l'obésité», ou FTO, entraîne une prise de poids. Dans leur article publié dans la revue Science, les chercheurs expliquent que le gène est plus actif dans l'hypothalamus, la partie du cerveau responsable du contrôle de la faim et de la satiété.

Au début de l'année, des chercheurs ont découvert que les personnes possédant une certaine variante du gène FTO étaient plus enclines à une prise de poids que d'autres personnes. En outre, le risque de diabète chez ces personnes est accru. Dès lors, les scientifiques ont tenté de découvrir la façon dont le FTO influence notre poids corporel.

Le financement de l'UE pour les activités de recherche a été attribué par le projet DIABESITY au titre du sixième programme-cadre. Ce projet explore l'action des gènes impliqués dans l'obésité afin de les exploiter en tant que cibles médicamenteuses.

« Cette étude constitue la toute première estimation concernant les éventuels mécanismes qui permettent à cette variante génétique très commune d'influencer le risque d'obésité chez un individu », a commenté le professeur Stephen O'Rahilly de l'université de Cambridge.

Les chercheurs ont découvert que le gène FTO code pour une enzyme pouvant agir sur notre ADN et le modifier. Par conséquent, il serait peut-être responsable de l'activation ou de la désactivation d'autres gènes.

Par ailleurs, le gène FTO est particulièrement actif dans l'hypothalamus, la partie de notre cerveau qui régule la sensation de faim. En outre, les niveaux du FTO sont influencés par l'alimentation et le jeûne.

« Le FTO est une enzyme ayant une influence surprenante sur l'ADN. Un grand nombre d'études en la matière sont encore nécessaires afin de comprendre l'influence de ses actions sur le poids corporel », déclare le professeur O'Rahilly. « D'autre part, le FTO pourrait avoir une implication dans le contrôle du fonctionnement de l'hypothalamus. Autrement dit, le gène FTO, au même titre que d'autres gènes responsables de l'obésité découverts antérieurement, pourrait jouer un rôle dans la façon dont le cerveau ressent la faim et la satiété. »

D'après le professeur O'Rahilly, la modification des niveaux d'activité du FTO par des petites molécules signifie que sa manipulation d'un point de vue thérapeutique pourrait conduire à un traitement de l'obésité.

« Il s'agit d'une partie importante de la recherche », a déclaré Sara Hiom de l'organisation britannique Cancer Research UK, qui a également financé l'étude. « Nous savons que l'obésité accroît le risque de développer divers cancers ainsi que d'autres maladies. De plus, le nombre croissant de personnes obèses aura des répercussions importantes sur le développement du cancer à l'avenir. Le fonctionnement de ce gène représente une découverte importante et pourrait un jour conduire à un nouveau traitement contre l'obésité. »

Un Européen blanc sur six porte deux copies de la variante du gène FTO lié à l'obésité. Ces personnes pèsent en moyenne trois kilos de plus que le reste de la population non obèse et leur risque d'obésité est accru de 70% par rapport aux personnes dépourvues de copies du gène de l'«obésité». Les personnes ne possédant qu'une seule copie de la variante d'«obésité» du gène FTO pèsent 1,6 kg de plus que les personnes non obèses et le risque d'obésité est accru de 30% par rapport à un individu dépourvu de copies du gène.

Pour de plus amples informations, consulter : www.sciencexpress.org

Source : Copyright © Communautés européennes, 2007

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s