Des laits qui n'en sont pas...

lu 2779 fois

La réglementation réserve le terme « lait » au produit issu des mamelles de mammifères (vache, chèvre, bufflonne…), or certains jus végétaux fabriqués à partir de graines ou de céréales (soja, riz, châtaignes…) sont souvent improprement dénommées « laits » végétaux. Cette confusion entretenue fait croire aux consommateurs que ces boissons sont équivalentes alors que leurs propriétés nutritionnelles sont très différentes.

Propriétés nutritionnelles

Comparons les apports nutritionnels du lait de vache demi écrémé qui est le plus consommé des laits animaux avec ceux de différents jus végétaux.

Les protéines : les teneurs en protéines sont identiques pour le lait et le tonyu (jus de soja) alors que les autres jus en contiennent 3 fois moins voire pas du tout (riz). Qualitativement, les protéines du lait sont de haute valeur nutritionnelle car elles contiennent tous les acides aminés indispensables alors que les protéines végétales sont moins bien équilibrées.

Les graisses : le lait et les boissons végétales sont pauvres en graisse (1,5% en moyenne). De ce fait, la différence de composition qualitative en acides gras a peu d’impact.

Les calories : l’apport énergétique varie peu d’une boisson à l’autre (40 à 50 kcal / 100 ml).

Le calcium : les boissons végétales sont naturellement pauvres en calcium alors que le lait en est riche. Il existe bien des jus enrichis (en calcium "chimique") mais on ne sait pas vraiment si ce calcium est aussi bien assimilé et utilisé par notre organisme que celui du lait.

Les vitamines : peu de données chiffrées sur les vitamines dans les produits végétaux, à part le tonyu. Il contient autant de vitamine B1 que le lait, moins de vitamine B2 et pas du tout de vitamines A et B12.

Indications

Substitution du lait : contrairement à ce qui est mentionné sur les emballages ou parfois recommandé, les jus végétaux ne sont pas une « alternative » au lait. Ce sont des produits différents. Remplacer le lait par une boisson végétale entraîne des déficits d’apport en calcium délétères en particulier chez l’enfant en pleine croissance. L’apport en vitamines est également moindre.

Dans les cas d’intolérance au lactose (sucre du lait), ces boissons végétales peuvent être consommées mais elles doivent être complétées par des yaourts et du fromage pour assurer des apports calciques suffisants.

Quant aux allergies alimentaires le risque existe aussi pour le soja, les amandes, qui contiennent des protéines allergisantes…

Nourrissons : on trouve des poudres aux châtaignes ou aux noisettes dont l’emballage est illustré par une image de l’univers des nourrissons. Ceci porte à confusion : ces produits ne sont pas des laits infantiles dont la composition nutritionnelle répond aux besoins du nourrisson par une réglementation. Ces boissons ne peuvent en aucun cas se substituer au lait maternel ou au lait infantile sans risquer le développement de l’enfant.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s