Publicité

Des laitages dans le régime végétarien...

5441 Réagir

Les végétariens stricts peuvent être tentés d'éliminer de leur régime ordinaire le lait et les produits laitiers. Une grande revue scientifique américaine se fait l'écho de points de vue controversés sur la question.

Publicité

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

« Des laitages dans le régime végétarien... » - Crédit photo : www.brunoheubi.com D’un côté, des hypothèses qui vont jusqu’à contester les bénéfices des produits laitiers pour la croissance et la santé osseuse. Ou encore des mises en cause des produits laitiers dans l’apparition de diverses maladies auto-immunes, infantiles, etc La grande majorité des scientifiques récuse ces accusations. Exemple récent : on a voulu incriminer les produits laitiers dans la survenue de certains cancers de la prostate, en disant qu’ils diminuaient les taux d’une hormone « anti-cancer ». Or, on vient de découvrir que la production locale de cette hormone est indépendante de l’alimentation !

D’un autre côté, sur le versant positif, on observe que les produits laitiers fournissent une part importante des nutriments essentiels comme le calcium, le potassium et le magnésium. Pour disposer de ces nutriments en se passant des laitages, des kilos de fruits et légumes ou des boîtes de comprimés seraient nécessaires, sans donner d’ailleurs l’assurance d’un résultat satisfaisant. Les produits laitiers apportent aussi des protéines et, pour certains, de la vitamine D, des composants également nécessaires à la santé osseuse.

De plus, le calcium qu’ils contiennent, certains de leurs acides aminés, de leurs acides gras, voire d’autres constituants encore, sont associés à une diminution du risque d’accident vasculaire, de syndrome métabolique et même de certains cancers comme le cancer colorectal. Pour toutes ces raisons, le régime lactovégétarien a plus de bénéfices et comporte moins de risques pour la santé que le régime végétarien strict.

(American Journal of Clinical Nutrition, volume 89, n° 5, p. 16345S-1637S.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité