Des fruits et des légumes pour protéger notre coeur

lu 3275 fois

Les bénéfices d'une consommation régulière de fruits et de légumes ont été mis en avant une fois de plus; des chercheurs britanniques expliquent qu'ils permettent réellement de nous protéger de la forme la plus connue des maladies cardiaques, l'une des principales causes de décès dans l'UE. L'étude, partiellement financée par le projet EPIC (« European prospective investigation into cancer, chronic diseases, nutrition and lifestyle »), vient d'être publiée dans la revue scientifique European Heart Journal.

Des scientifiques de l'université d'Oxford (Royaume-Uni) ont découvert que les personnes qui consomment au moins 8 portions de fruits et légumes par jour ont 22% de risques en moins de décéder d'une ischémie myocardique par rapport aux personnes consommant moins de 3 portions par jour. Une portion équivaut à 80 grammes, à savoir une petite banane, une pomme de taille moyenne ou une petite carotte. L'ischémie myocardique diminue l'apport sanguin au coeur et peut entraîner des douleurs au niveau de la poitrine, une angine de poitrine et de possibles crises cardiaques.

Les chercheurs ont évalué les données provenant de l'étude EPIC, laquelle impliquait plus de 300 000 personnes de 8 pays européens dont 1636 patients atteints d'ischémie myocardique. Le Dr Francesca Crowe de l'unité d'épidémiologie cancéreuse de l'université explique que l'étude indique « une réduction de 4% du risque de décès d'une ischémie myocardique pour chaque portion supplémentaire de fruits et légumes consommée en plus des deux portions de base ». Ainsi, « le risque d'une ischémie myocardique pour une personne consommant cinq portions de fruits et légumes par jour serait 4% plus faible que celui d'une personne consommant quatre portions par jour, et cela est valable jusqu'à huit portions et plus ».

Les chercheurs n'ont toutefois pas considéré d'autres facteurs comme les différences en termes de mode de vie et des habitudes alimentaires. Toutefois, ils ont reconnu que l'étude pourrait être limitée par les erreurs en mesurant la consommation de fruits et légumes correctement ainsi qu'en association aux autres aspects de leur alimentation. De plus, l'étude portait davantage sur les femmes, ce qui ne reflète pas exactement la population européenne.

S'expliquant sur les résultats de l'étude, le Dr Crowe conclut : « Le principal message de cette analyse est que les personnes qui consomment davantage de fruits et légumes courent un risque moindre de décéder d'une ischémie myocardique. Toutefois, nous devons rester prudents dans notre interprétation des résultats car nous ignorons si l'association entre la consommation de fruits et légumes et le risque de développer une ischémie myocardique est associée à un autre aspect de l'alimentation ou au style de vie ».

D'autres études seront nécessaires pour répondre à ces questions, fait-elle remarquer. «Si nous parvenons à comprendre, par des études d'intervention bien pensées, les mécanismes biologiques qui soutiennent l'association entre une alimentation riche en fruits et légumes et l'ischémie myocardique, nous serons probablement en mesure de déterminer si cette relation est causale.»

Dans un article d'accompagnement, le professeur Sir Michael Marmot, directeur de l'institut international pour la société et la santé de l'University College London (UCL) et responsable du département d'épidémiologie et de santé publique de l'UCL, et président de la Commission sur les déterminants sociaux de la santé au Royaume-Uni, concédait qu'il était difficile de parvenir à des conclusions solides à partir de ces résultats. Mais il faisait remarquer que cette étude était toutefois importante.

« Les maladies cardiovasculaires constituent la principale cause de décès », peut-on lire dans l'article. « Une réduction de 22% est énorme. Mais... cette réduction de mortalité implique une consommation quotidienne de huit portions. Seulement 18% d'hommes et de femmes suivent ce genre d'alimentation. Il est donc nécessaire de changer les habitudes alimentaires pour atteindre cette consommation élevée de huit portions par jour », mais « ces changements pour une alimentation riche en fruits et légumes sont très importants pour la santé publique ».

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : © Communautés européennes, 2011

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s