Des fruits et des légumes plutôt que de la viande rouge...

lu 3973 fois

L'alimentation déséquilibrée des Européens pourrait, d'ici 2020, en rendre les deux tiers obèses, « certains enfants auront une durée de vie inférieure à celle de leurs parents », avertit Wilfrid Kamphausen (Commission santé et protection du consommateur).

Elio Riboli, spécialiste de la nutrition à l’IARC (Agence internationale pour la recherche sur le cancer), met en garde de « médicaliser l’alimentation » et cite en exemple le régime crétois. Avec un taux de mortalité de 40 pour 1 000 habitants, les Crétois meurent dix fois moins que les Français, 20 fois moins que les Américains grâce à une alimentation plus pauvre en calories.

En Finlande la volonté politique a permis d’inverser une tendance lourde : les Finlandais constituaient la population la plus exposée aux accidents coronariens. En dix ans, « nous en avons réduit le nombre de 80 %, et de 90 % le nombre de diabètes de type 2 », se félicite Pirjo Pietinen, chercheur à l’Institut national de la santé publique.

Enfin, concernant le cancer du côlon dont le risque, pour certains, est favorisé par une consommation importante de viande rouge, le sujet prête à controverse : deux enquêtes, l’une sur le régime végétarien, l’autre sur le régime végétalien, relativisent l’étude épidémiologique que s’apprête à publier Nature.

(Les Échos, 03/06)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s