D'après une étude, l'alcoolisme périodique est en hausse dans les pays méditerranéens

lu 3809 fois

Une étude portant sur les habitudes en matière de consommation d'alcool chez les adultes dans certaines régions d'Espagne a montré que l'alcoolisme périodique est en hausse. L'UE est donc invitée à prendre des mesures en la matière.

L'alcoolisme périodique a traditionnellement été associé aux pays du Nord de l'Europe. Or l'étude, publiée dans l'édition d'octobre de la revue Alcoholism : Clinical & Experimental Research, montre que l'alcoolisme périodique est en hausse parmi les jeunes adultes, particulièrement chez les hommes instruits, dans la région de Madrid en Espagne.

Toujours d'après le rapport, l'alcool consommé par les alcooliques périodiques l'est généralement sous la forme de spiritueux plutôt que de bière ou de vin, soit un net changement par rapport à la tradition méditerranéenne de consommer un ou deux verres de vin par jour au cours des repas.

« Quoique traditionnellement plus élevée dans les pays d'Europe du sud, la consommation d'alcool par tête, dont la majeure partie était liée à la consommation quotidienne de vin au cours des repas, est en train d'évoluer », aux dires de Joan Villalbi, Docteur en médecine à l'université autonome de Madrid.

« Par exemple, la consommation quotidienne au cours des repas est en baisse en Espagne, et la bière est la boisson alcoolisée la plus consommée. L'alcoolisme périodique, particulièrement chez les jeunes lors des soirées du week-end, constitue désormais une question de santé et de société en Espagne, au même titre que dans d'autres pays d'Europe du sud », ajoute-t-il.

Les chercheurs fondent leurs affirmations sur des données recueillies entre 2000 et 2005 par le biais d'entretiens téléphoniques avec 12037 personnes âgées de 18 à 64 ans dans la région de Madrid. Par alcoolisme périodique, on entend la consommation d'un minimum de huit boissons alcoolisées par séance pour les hommes et de six minimum pour les femmes.

Les résultats ont montré que 30,8% des hommes et 18,2% des femmes âgées de 18 à 24 ans étaient des alcooliques périodiques.

« Bien que le fait de boire jusqu'à l'ivresse ne soit pas socialement accepté en Espagne, l'alcoolisme périodique commence, lui, à l'être, particulièrement chez les jeunes », conclut le Dr Villalbi.

« L'alcoolisme périodique semble être un " mode de prise de boisson importé ", basé sur des spiritueux, tels que le gin, le whisky, la vodka, etc., qui ne sont pas culturellement ancrés dans les moeurs espagnoles », déclare Jose Lorenzo Valencia-Mart¡n, de l'université autonome de Madrid et un de auteurs de l'étude. « À notre avis, les alcooliques périodiques consomment principalement des spiritueux car ils recherchent les effets euphorisants de l'alcool en un laps de temps relativement court. »

« Les spiritueux et les liqueurs associés au coca-cola ou aux autres sodas rencontrent un grand succès auprès des jeunes », ajoute le Dr Villalbi. « L'industrie des spiritueux a fait de gros efforts pour commercialiser ses produits auprès des jeunes, particulièrement les " alcopops ", et pour contourner l'interdiction actuelle de publicités télévisées pour les boissons contenant plus de 23% d'alcool. Leur commercialisation vise de manière explicite les groupes d'âges les plus jeunes, par le lien qu'elle établit entre consommation d'alcool et amusement, ainsi que réussite sociale et sexuelle. Selon certaines données, les dépenses publicitaires pour les boissons alcooliques et leur impact sur la consommation en Espagne au cours des dernières années ont connu une croissance exponentielle. »

D'après les deux chercheurs, l'alcoolisme périodique fait partie de l'évolution du mode de consommation de l'alcool dans les pays européens, une conséquence supplémentaire de ce que le Dr Valencia-Martín dénomme « la mondialisation de la consommation d'alcool ».

« Les conséquences sont évidemment très graves, car il existe un lien entre l'alcoolisme périodique et les accidents de la route, les comportements dangereux au volant, et les blessures provoquées par un comportement violent », affirme-t-il. « Dans les pays méditerranéens nous devons sensibiliser davantage la société à ce problème, afin que les familles et le gouvernement coopèrent au contrôle de l'alcoolisme périodique chez les jeunes », affirme le Dr Villalbi. « Si la consommation d'alcool en vient à constituer un problème social et de santé grave, avec des répercussions même pour les personnes ne consommant pas d'alcool, elle ne peut pas être abandonnée aux choix individuels de chacun et aux initiatives des industriels », poursuit-il. « Les gouvernements doivent également s'engager et agir. Ces résultats fournissent un cadre à une implication croissante des politiques de l'Union européenne dans ce domaine. »

Pour de plus amples informations, consulter : www.blackwell-synergy.com/toc/acer/31/10

Source : Copyright © Communautés européennes, 2007

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s