D'après la croyance populaire, « le poisson rendrait intelligent ». Y a-t-il une once de vérité scientifique là-dessous ?

lu 4139 fois

Le poisson et plus généralement les produits de la mer (coquillages et crustacés) contiennent différents éléments connus pour avoir des effets bénéfiques sur le cerveau. Les fameux acides gras oméga 3 tout d'abord, mais aussi de l'iode, du sélénium, du phosphore et de la vitamine B12.

Les oméga 3 (et notamment le DHA) sont essentiels au développement du cerveau. L'iode est indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes, qui jouent un rôle majeur dans le développement du système nerveux. La vitamine B12 participe à la bio-synthèse de certains neuro-médiateurs. Quant au phosphore, le cerveau en utilise de grandes quantités pour fabriquer et stocker de l'énergie. De là à penser que le poisson rend intelligent, il n'y a qu'un pas !

A ce propos, citons tout de même des études toutes récentes, qui montrent que le QI d'enfants de 8 ans est proportionnel à la quantité de poisson mangé par leur mère pendant la grossesse ; après, évidement, exclusion d'autres facteurs connus pour influer sur le QI...

(Jean-Marie Bourre, Nutritionniste – Membre de l'Académie de Médecine – Directeur de recherche Inserm)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s