Cranberry et probiotiques pour lutter contre les infections urinaires

lu 15148 fois

Près d’une femme sur deux atteinte d’infection urinaire sera victime de récidive dans le cours de l’année. Les équipes de Lallemand Health Ingredients et de l’Institut Rosell se sont associées pour proposer Cysbiotic, une solution innovante alliant les bienfaits complémentaires de la Cranberry à ceux des Probiotiques dans une gélule stable à température ambiante destinée à favoriser la santé urinaire.

« Cranberry et probiotiques pour lutter contre les infections urinaires » - Crédit photo : www.institut-rosell.com Lallemand Health Ingredients et Intitut Rosell-Lallemand viennent de lancer Cysbiotic®, le premier complément alimentaire destiné aux femmes qui allie une bactérie probiotique vivante à une poudre de cranberry (ou canneberge) naturellement riche en proanthocyanidines (PACs), dans une formule stable à température ambiante. Cette réussite technologique est le fruit d’un partenariat à long terme entre l’Institut Rosell-Lallemand, spécialiste des probiotiques, et la société Decas Botanical Synergies (DBS), un des principaux producteurs de cranberry au monde.

Cysbiotic® est commercialisé par la société Lallemand qui détient une licence exclusive couvrant le monde entier. Plusieurs lancements de produits contenant Cysbiotic® sont déjà prévus en Europe d’ici l’été, grâce à des accords exclusifs avec des sociétés pharmaceutiques.

En combinant leurs expertises complémentaires de la cranberry et des probiotiques, les équipes R&D des deux sociétés sont parvenues à maintenir la viabilité des bactéries probiotiques en présence de poudre de cranberry, ce qui représentait un véritable défi technologique. Ainsi est né Cysbiotic®, un produit innovant qui combine dans une gélule unique la souche probiotique documentée de l’Institut Rosell Lactobacillus rhamnosus Rosell-11, à la poudre de cranberry de qualité supérieure de DBS dont la teneur en PAC est standardisée: PACran™.

Nadine Renard, Responsable Technique chez Lallemand explique : « Cela a été un véritable défi de trouver une formule qui puisse garantir la survie des probiotiques en présence de poudre de cranberry : cette dernière tuerait les bonnes bactéries en deux à trois mois seulement. C’est en se basant sur notre expertise historique des micro-organismes vivants et grâce à la mise au point d’une technologie unique que nous pouvons offrir une formule stable jusqu’à deux ans à température ambiante. »

Nicolai Jensen Directeur Général de Lallemand Health Ingredients ajoute : « Chez Lallemand nous sommes très enthousiastes à l’idée des opportunités commerciales offertes par cette nouvelle solution ‘tout en un’. Nous avons su combiner l’expertise Rosell du marché des probiotiques à notre propre connaissance du marché de la cranberry dans le secteur des infections urinaires et nous sommes très fiers de voir cette collaboration entre nos équipes finalement porter ses fruits ! ».

Les infections urinaires, ou cystites, représentent les infections bactériennes les plus fréquentes chez la femme. Elles sont caractérisées par des taux de récidive très élevés, affectant la qualité de vie des personnes atteintes. La première cause de cystite est la bactérie E. coli uropathogène. Une étude de Foxman et al. a montré que quasiment une femme sur trois connaitrait un épisode d’infection urinaire nécessitant un traitement antibiotique avant d’avoir atteint l’âge de 24 ans. Une autre étude estime qu’environ la moitié des femmes ayant été atteintes d’infection urinaire subiraient une récidive dans les 12 mois (Ikäheimo et al. 1996). Les infections urinaires sont couramment traitées par des antibiotiques. Cependant, de plus en plus de chercheurs pensent que l’utilisation d’antibiotiques peut rompre l’équilibre naturel des flores bactériennes de l’organisme (flore digestive mais aussi vaginale), ce qui augmenterait le risque de récidive. De plus, l’utilisation répétée d’antibiotiques conduirait à l’apparition de souches pathogènes résistantes.

Allier le pouvoir anti-adhérent de la cranberry...

La cranberry, aussi appelée canneberge, est à présent largement documentée et reconnue pour ses effets dans la prévention des infections urinaires, grâce notamment à ses propriétés uniques contre la fixation de certaines bactéries E. coli aux parois des voies urinaires. Cette activité est principalement liée à la présence de phytomolécules naturelles, les proanthocyanidines, ou PACs. Les PACs sont également présents dans d’autres fruits, mais la particularité de la cranberry réside dans la présence de PAC de type A, alors que la plupart des autres fruits contiennent des PACs de type B, plus répandu. Les chercheurs ont lié la présence des molécules de type A dans la cranberry à ses propriétés uniques vis-à-vis de l’adhérence des pathogènes.

Cysbiotic® contient PACran®, une poudre de cranberry issue de la variété Early Black, riche en PACs, et dont la concentration en PACs est standardisée à 1,5% minimum, dosée par la méthode HPLC. Le potentiel de PACran à favoriser un système urinaire sain a été démontré au cours d’une étude clinique randomisée en double aveugle en 2006. Dans cette étude, la consommation quotidienne de 500 mg de PACran permit de diminuer significativement la présence de bactéries E. coli uropathogènes chez des patientes. Ces résultats sont soutenus par une étude récente de l’Université Rutgers, dans le New Jersey, montrant qu’après la consommation de 500 mg de PACran® par des sujets sains, l’urine atteignait durant 24 heures des niveaux d’activité anti-adhésive contre E. coli uropathogène ex vivo similaires à ceux conférés par la consommation de 300 ml de jus de cranberry.

...à l’effet barrière des probiotique Il a été montré que la prise orale de probiotiques, en particulier des lactobacilles, pouvait contribuer à équilibrer les flores lactiques digestive et vaginale, toutes deux agissant comme de véritables barrières naturelles qui protégeant les voies urinaires contre les bactéries uropathogènes.

En effet, la flore lactique naturellement présente dans l’intestin contribue à empêcher sa colonisation par des pathogènes, y compris E. coli. Quant à la flore vaginale, elle est composée à 83% de lactobacilles et son rôle est de protéger le milieu vaginal contre le développement de bactéries pathogènes. Elle constitue une barrière protégeant l’entrée des voies urinaires.

La souche probiotique largement documentée Lactobacillus rhamnosus Rosell-11 a été sélectionnée pour la formulation de Cysbiotic®. Cette souche montre une bonne résistance à l’acidité gastrique et à la bile. Ella a la propriété de se fixer à la surface de cellules intestinales. Cette souche est déjà présente dans une autre formule de l’Institut Rosell-Lallemand cliniquement documentée pour ses effets sur les vaginoses bactériennes et commercialisé sous le nom Fermalac® Vaginal.

Ainsi, l’association de PACran au probiotique Lactobacillus rhamnosus Rosell-11 permettrait de contribuer à la prévention des infections urinaires à travers deux modes d’action complémentaires : les PACs de la cranberry empêcheraient la fixation des pathogènes aux voies urinaires, alors que les probiotiques aideraient à restaurer les microflores digestive et vaginale et limiteraient le développement des pathogènes, réduisant ainsi le risque d’infection des voies urinaires.

Cysbiotic® se présente sous forme de gélules contenant 250 mg de PACran et 0,5 milliard de L. rhamnosus Rosell-11. La prise quotidienne de deux gélules apporte la dose journalière recommandée de PACran et un milliard de bactéries probiotiques. Les études de stabilité sur 24 mois à température ambiante en conditions normales de conservation (25°C and 40 % HR) sont positives.

SOURCE : Institut Rosell-Lallemand

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s