Contrôle du poids : les produits allégés ne sauraient suffire !

lu 3287 fois

Le suivi d'un sous-échantillon de sujets bien portants vivant en France, de la cohorte SU.VI.MAX (4 268 adultes de 45 à 60 ans avec un IMC moyen de 25), a permis d'étudier la consommation de produits allégés (PA) et son influence sur leurs paramètres nutritionnels, biochimiques et anthropométriques en comparaison à des non-consommateurs de PA.

Les produits sont allégés soit en graisses, soit en sucre, soit en alcool. Leur consommation est plutôt occasionnelle, rarement exclusive.

Globalement, les paramètres anthropométriques (poids, IMC, rapport taille/hanche) et biochimiques (triglycérides, glycémie, cholestérol) des consommateurs de PA ne sont pas améliorés, voire s'aggravent par rapport aux non-consommateurs. L'apport énergétique total est peu affecté, et c'est l'équilibre entre les différents nutriments de la ration qui est principalement modifié : les consommateurs de PA en matières grasses consomment moins de lipides, plus de protéines et, pour les hommes, plus de glucides.

Les consommateurs de PA en sucre consomment moins de glucides (et notamment de sucres simples), plus de protéines et, pour les hommes, plus de graisses. L'objectif premier des PA (diminuer sélectivement la consommation d’un nutriment) est donc atteint. En revanche, le contrôle des apports énergétiques et de la prise de poids, qu'espéraient certains consommateurs, n'est pas obtenu. Enfin, les résultats montreraient que la consommation des PA permet globalement d'améliorer la densité nutritionnelle des aliments en micronutriments (vitamines E, B1, B6 ...).

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s