Contre l'obésité : la gastronomie et l'insouciance

lu 2588 fois

Une association de nutritionnistes et de psychiatres, le Gros (Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids), conteste l'angle d'attaque du PNNS, jugeant « erronée » l'idée qu'« inciter à manger moins d'aliments gras ou sucrés et à augmenter les dépenses énergétiques [améliorerait] la situation. Au contraire », objecte le porte-parole du Gros, Jean-Philippe Zermati.

En vingt ans, la consommation de graisse est passée de 42 à 38 % aux États-Unis et, pourtant, dans le même temps, l’obésité a doublé. » Le Gros recommande donc aux consommateurs de « manger selon leur faim » en privilégiant le goût : « les obèses ne goûtent pas les aliments, ils les avalent », observe le psychiatre Bernard Waysfeld.

À quoi Gérard Apfeldorfer (hôpital Bichat) ajoute : « Il faut promouvoir les savoir-faire alimentaires, retourner derrière les fourneaux pour faire la cuisine. L’idée de contentement est essentielle. » Conclusion : pour ne pas devenir obèse, il convient de « manger avec insouciance ».

Le Quotidien du Médecin, 17/05

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s