Consommation de protéines : des différences selon l'âge ?

lu 6781 fois

Les apports protéiques doivent être suffisants pour limiter la sarcopénie liée au vieillissement. Or, avec l'âge, la sensation de faim, le goût et l'odorat s'atténuent...

De plus, 79 % des Français pensent qu'il faut moins manger en vieillissant, et 20 % des personnes âgées sont convaincues qu'elles doivent supprimer la viande de leur alimentation au risque de s'exposer à un apport inadéquat en protéines, voire à une carence.

Une équipe française a étudié comment la consommation des protéines, en termes de quantité, de source et de répartition sur la journée, variait notamment avec l'âge. Ainsi, 292 personnes en bonne santé de 20 à 30 ans et de 65 à 75 ans ont été interrogées sur la composition de chacun de leurs repas (grignotages compris) pendant une semaine. Les données ont été comparées pour chaque repas et selon l'âge, le sexe, les conditions de vie...

Chez les hommes, les apports protéiques des sujets âgés sont inférieurs à ceux des jeunes, alors que, chez les femmes, la tendance est inverse. Cela peut s'expliquer par la conduite restrictive des jeunes femmes éliminant certaines catégories d'aliments. Pour les personnes âgées, le repas le plus riche en protéines est le déjeuner (56,5 % de l'apport) ; pour les jeunes, c'est le dîner. Chez ces derniers, lorsqu'ils sont grands consommateurs de protéines, l'importance de leur apport est liée à la consommation de viande au détriment des féculents, du poisson et des œufs, et cela quel que soit le type de repas.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s