Consommateur et étiquetage

lu 5448 fois

Dans le contexte actuel d'épidémie d'obésité, certains prônent la mise en place d'un étiquetage sur le devant des produits alimentaires portant une information nutritionnelle focalisée sur l'apport énergétique. Elle pourrait permettre aux consommateurs de faire des choix plus avertis.

« Consommateur et étiquetage » - Crédit photo : www.cerin.org La pertinence de huit types de message et formats d’étiquette à placer sur le devant des aliments a été testée auprès des consommateurs de quatre pays (Allemagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni).

Résultats :

les messages les plus simples sont les plus appréciés, des informations complémentaires pouvant figurer au dos du produit ; les « calories » (ou « énergie ») sont le dénominateur commun, « le carburant de l’organisme », terme connu par tous, même si pas toujours utilisé à bon escient ; les quantités de calories pour 100 g ou par portion semblent être les mentions les plus pertinentes. Si la première permet une comparaison rapide entre les produits, la seconde soulève le problème de la définition des portions ; les messages faisant référence aux besoins journaliers sont appréciés mais plus difficiles à comprendre, ceux sur l’exercice physique laissent dubitatifs ; la notion de plaisir ne doit pas être oubliée ; l’étiquetage ne doit pas être culpabilisant.

Un étiquetage européen commun devra tenir compte des disparités entre cultures : les Allemands sont favorables à la plus grande simplicité et efficacité, alors que les Britanniques, apparemment plus habitués aux étiquetages nutritionnels déjà complexes, aimeraient des informations plus approfondies.

(Van Kleef E, et al. Public Health Nutrition 2007 ; 11(2) : 203-13.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s