Connaître et comprendre les enjeux liés à l’hydratation

lu 2979 fois

Un adulte français sur trois et un adolescent sur deux boivent moins d’un litre de boissons par jour comme le montre une étude récente [1] alors que les repères de consommation sont de 1,4 litre par jour au minimum, toutes boissons confondues [2]. Quelles sont les conséquences d’un défaut d’hydratation sur le bien-être général, voire sur la santé ? Quel est le lien entre hydratation et performances sportives et cognitives ? Que boit-on dans les différents pays européens ?

La mission de l’Institut Européen de l’Hydratation

Créé il y a un an, l’Institut Européen de l’Hydratation apporte des éléments de réponse à ces questions en s’appuyant sur des données scientifiques valides. L’Institut Européen de l’Hydratation a pour mission d’améliorer les connaissances et la compréhension sur l’hydratation et ses effets sur la santé, le bien-être et la performance. Il est soutenu par des partenaires institutionnels, dont la Fondation espagnole pour la recherche en nutrition, la Fondation italienne de nutrition, l’Université de Las Palmas de Gran Canaria et par un partenaire industriel, The Coca-Cola Company.

L’Institut travaille en étroite collaboration avec des scientifiques indépendants. Il est conseillé et soutenu par un Comité scientifique qui se réunit plusieurs fois par an et est en contact régulier avec son Directeur.

Le comité scientifique :

  • détermine les orientations scientifiques de l’Institut à court, moyen et long terme,
  • conseille sur les besoins ou les opportunités en matière de recherche,
  • valide l’ensemble des outils de communication à destination des professionnels et du grand public,
  • participe à diffuser et accroitre les connaissances lors de conférence ou par différentes publications.

Selon le Docteur Jane Holdsworth, directeur de l’Institut : « l’Institut Européen de l’Hydratation répond à certaines attentes des scientifiques, nutritionnistes et professionnels de santé, sur la nécessité de développer une plateforme unique sur l’hydratation. L’Institut a vocation à devenir la référence en matière d’information et de recherches scientifiques sur l’hydratation en Europe. ».

Premier bilan, une assise scientifique solide

Au cours de ses douze premiers mois d’existence, l’Institut a rassemblé une grande part des données scientifiques existantes. Il a développé de nombreux outils d’information, de formation et d’aide à la recherche destinés aux professionnels de santé, aux scientifiques et aux partenaires. L’une des principales activités de l’Institut concerne la recherche : l’Institut a lancé en octobre 2010 son premier appel à candidatures pour des bourses étudiantes et a financé sept mémoires de fin d’étude répartis dans trois pays.

L’Institut a également financé deux revues de littérature scientifique :

  • sur la mesure et la définition du statut hydrique, par le Docteur Susan Shirreffs, physiologiste nutritionniste et experte de la déshydratation au département de sciences biomédicales de l’Université d’Aberdeen.
  • sur l’impact de la déshydratation sur le déclin cognitif, par le Professeur Patrick Ritz, professeur de nutrition au CHU de Toulouse et représentant français du Comité scientifique de l’Institut. Cette revue de littérature est présentée lors des Entretiens de Bichat.

L’Institut conduit actuellement plusieurs études scientifiques visant à compléter les données existantes. L’Institut Européen de l’Hydratation a développé en étroite collaboration avec son comité scientifique un site Internet - www.europeanhydrationinstitute.org - qui propose de nombreux articles et publications scientifiques sur l’hydratation.

L’EHI a également animé plusieurs symposiums scientifiques, au niveau européen comme au niveau national, notamment dans le cadre des Entretiens de Bichat 2011.

L’importance d’une bonne information

OEuvrer pour une meilleure connaissance de l’importance de l’hydratation par les professionnels de santé et le grand public est au centre de la mission de l’Institut Européen de l’Hydratation.

Selon le Professeur Patrick RITZ, représentant français du Comité scientifique de l’Institut : « Atteindre les niveaux de consommation hydrique n’est pas difficile. Il importe tout d’abord d’être bien informé sur les besoins et les risques pour chacun. Et aussi d’admettre que la variété et la diversité des boissons sont des leviers favorables à une bonne hydratation ».

L’Institut va désormais poursuivre sa mission en France afin de partager les résultats des nouvelles études sur le sujet et proposer une source d’information scientifique solide.

[1]CREDOC, CCAF 2010

[2] L’EFSA propose une valeur repère d’apport hydrique de 2 à 2,5 L par jour, dont 70% à 80% proviennent des boissons. Ceci correspond à 1,4 L minimum toutes boissons confondues. Source : (AESA). EFSA Journal 2010 ; 8 ; 1459

SOURCE : Institut Européen de l’Hydratation

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s