Comprendre l'obésité chez l'enfant pour une lutte et une prévention efficaces

lu 3582 fois

L'obésité est une préoccupation importante des populations en raison de son évolution rapide et de ses conséquences médicales, sociales et psychologiques. Elle affecte aussi bien l'homme adulte que l'enfant. L'évolution actuelle est particulièrement alarmante chez les enfants et les adolescents

Des chercheurs de l'INRA ont étudié l'influence d'une prise en charge multidisciplinaire d'adolescents obèses sur l'évolution à court et à moyen termes de leur composition corporelle, leurs capacités physiques, leurs dépenses énergétiques et les principaux paramètres métaboliques et hormonaux. Une activité physique régulière et une alimentation équilibrée permettent une perte de poids, mais les chercheurs ont également montré que l'organisme s'adapte à la restriction énergétique. En effet, pour effectuer un même travail musculaire, l'organisme qui s'est adapté devient plus " efficace " et utilise moins d'énergie.

Hygiène de vie, alimentation équilibrée et activité physique régulière !

Une étude approfondie a été réalisée par une équipe multidisciplinaire (INRA, CNRH Auvergne, CHU Clermont-Ferrand) de nutritionnistes et de médecins sur une population d'adolescents obèses pris en charge pendant 9 mois au Centre Médical Infantile de Romagnat (63), puis revus 4 mois plus tard.

Les résultats montrent qu'une activité physique progressive et régulière, associée à une alimentation équilibrée, adaptée à leurs besoins, permet en quelques mois une perte de masse grasse importante, le maintien de la masse musculaire, une augmentation considérable des capacités physiques et cardio-vasculaires, la reprise d'activités physiques de leur âge et le retour des profils métaboliques et hormonaux à des valeurs usuelles.

Mais l'organisme s'adapte à la restriction énergétique

Au bout des quatre mois après la fin de la prise en charge médicale, les mesures de dépense énergétique effectuées à plusieurs reprises en chambres calorimétriques dans des conditions standardisées pendant 36 heures et dans les conditions habituelles de vie pendant une semaine montrent que certains individus s'adaptent rapidement à une restriction énergétique. En effet, chez certains adolescents, l'activité métabolique des tissus baisse et la dépense énergétique diminue malgré l'augmentation de l'activité physique. Ce phénomène favorise une reprise de poids rapide après la fin de la prise en charge.

Cependant, dans cette étude, plus de 50 % des adolescents qui, après la fin de la prise en charge, ont respecté les règles d'hygiène de vie qui leur avaient été enseignées ont maintenu, 4 mois plus tard tous les bienfaits de la cure. Ces informations sont à prendre en compte dans les stratégies de prise en charge du surpoids et de l'obésité de l'enfant et de l'adolescent : le maintien d'une bonne hygiène de vie reposant sur une activité physique régulière et une alimentation équilibrée est déterminant pour le succès à long terme de la prise en charge.

La découverte d'une adaptation métabolique à la restriction énergétique chez certains enfants, malgré un entraînement physique et la conservation de la masse musculaire, amène à rechercher les mécanismes de cette adaptation, notamment au niveau du métabolisme musculaire. Pour des raisons éthiques évidentes, des études de restriction ou d'hyperalimentation seront développées sur des modèles animaux.

Par ailleurs, la mise en place d'un réseau de compétences sur le métabolisme énergétique, regroupant les chercheurs travaillant chez l'homme et l'animal autour de ce thème à l'INRA, et la disposition de chambres calorimétriques, ouvrent des perspectives intéressantes pour étudier l'évolution de la dépense énergétique et sa régulation en réponse à des interventions nutritionnelles.

Les chambres calorimétriques, un outil original
Dans cette étude, les mesures de dépenses énergétiques ont été réalisées dans des chambres calorimétriques. Les adolescents ont passé 36 heures dans ces lieux aménagés pour collecter différentes données grâce à des appareils de mesure et des capteurs (mouvements, consommation d'oxygène, production de gaz carbonique, etc), en contrôlant activité physique et alimentation. Les données obtenues indiquent les postes de dépenses énergétiques et leur évolution au cours du jour et de la nuit, dans des situations variées.

De nouvelles bases pour des recommandations nutritionnelles adaptées aux enfants obèses

Dans un autre travail, une analyse systématique de la composition corporelle et du métabolisme de base de plus de 750 enfants et adolescents en surpoids ou obèses a permis l'élaboration d'équations prédictives de la dépense énergétique au repos dans cette population.

Ces équations prédictives et les résultats obtenus en chambres calorimétriques et dans les conditions habituelles de vie sur les coûts énergétiques de diverses activités sédentaires ou physiques constituent une base de données unique en France pour l'établissement de futures recommandations nutritionnelles adaptées à la situation d'enfants à risque d'obésité ou présentant une obésité en voie de constitution.

(Pr. Yves Boirie - INRA-Université Clermont I)

SOURCE : Service Presse INRA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s